×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Archives

    Articles de L'Edition N° 4958 Du Vendredi 10 février 2017

    A La une

    La décision aura certainement eu l’effet d’une douche froide sur le management de la Société Marocaine des Tabacs (SMT). Mohamed Louafa, ministre des Affaires économiques et de la Gouvernance et président de la Commission d’homologation du tabac, a ordonné à l’ex-Altadis de procéder à l’augmentation du prix de la marque de cigarettes Fox de 12 à 20,50 dirhams et ce, à partir du 15 février. L’augmentation du prix de Fox représente un coup dur pour la SMT... Lire la suite

    L’islam au Maroc est en train de s’ériger en modèle, voire un rempart contre les courants extrémistes, le Wahabisme (modèle politico-religieux saoudien), le salafisme voire les radicalismes tous azimuts, et surtout à l’offensive de Daech. Un travail de fond a d’ailleurs été mené, avec une nouvelle architecture qui met à plat les discours radicaux d’où qu’ils viennent. Une approche multidimensionnelle, transversale et pluridisciplinaire qui repose à la fois sur le volet sécuritaire, l’exégèse... Lire la suite

    Le liquidateur du raffineur Samir dévoile le cahier des charges destiné aux éventuels repreneurs. Contrats en cours, contentieux, biens en leasing, titres fonciers... sont listés dans ce document qui sera mis à disposition des investisseurs à la Cour d’appel de commerce de Casablanca. Pour l’instant, il n’y a pas eu encore d’offres fermes, mais deux manifestations d’intérêt. Dans les deux cas, il n’est pas question de reprendre les 43 milliards de dettes. Autre point à retenir, le tribunal n’a pas fixé un prix de cession. Toutes les options, y compris celle d’un dirham symbolique, seront examinées. Le projet industriel et l’emploi seront déterminants dans le choix final. Lire la suite

    Nouvelle étape dans l’affaire Samir. Après l’évaluation à 21 milliards de DH du patrimoine de la société (voir L’Economiste du 8 février 2017), Mohamed El Krimi, syndic judiciaire chargé de la liquidation du raffineur, vient de présenter les grandes lignes du cahier des charges destiné aux repreneurs (voir page 2). Il sera mis à disposition près la Cour d’appel de commerce de Casablanca. Lire la suite

    L’Etat est en train de finaliser les grandes lignes de la réforme du portefeuille public. «L’objectif ultime de cette démarche consiste à mettre en place un dispositif d’identification des opportunités de maximisation de la création de valeur», indiquent des responsables de la Direction des entreprises et établissements publics (DEPP). Le nouveau rôle de l’Etat actionnaire ainsi que le périmètre des entreprises auquel seront appliquées les nouvelles règles sera fixé dans une charte. Lire la suite

    Au coin d’une ruelle de la cité Al Irfane à Rabat, un bâtiment imposant se dresse telle une forteresse. Occupé il y a quelques années par la société ST Microélectronics, il s’est transformé entre temps en véritable temple de la recherche scientifique. «Ici, nous ne faisons pas de la recherche fondamentale, mais plutôt des activités de R&D», prévient le docteur Abdeladim Moumen. Après plus de 16 ans à l’étranger, où il a mené des recherches dans des laboratoires prestigieux, Lire la suite

    Premiers investisseurs publics, loin devant l’Etat et les collectivités territoriales, les entreprises et établissements publics enregistrent des points noirs: délais de paiement, butoir TVA…Les retards de paiement sont même à l’origine de plusieurs faillites de PME. Des mesures ont été prises par rapport au crédit TVA, d’autres sont en cours. L’objectif est de soulager la trésorerie de deux grandes entreprises publiques, l’ONEE et l’ONCF, et d’en améliorer les délais de paiement. Lire la suite

    Rien ne va plus entre Poste Maroc et Global Express Courrier (Globex), société opérant sous la marque Fedex. Poste Maroc soupçonne en effet son partenaire de sous-déclarer une partie de son activité. Depuis 1998, une convention lie Poste Maroc à Globex en vertu de laquelle, une partie du monopole postal est cédé, en contrepartie de royalties, au représentant du géant mondial du transport de courrier et de colis postaux. Lire la suite

    «Le monde du livre marocain est jeune, urbain et partagé entre les secteurs arabophone et francophone, qui présentent chacun leur propre fonctionnement, leurs propres acteurs et leurs propres objets, soumis à des pratiques et à des valeurs spécifiques». C’est ce que décrit notamment Anouk Cohen, chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, dans son livre «Fabriquer le livre au Maroc», paru en 2016. Lire la suite

    Pour Mohamed Sghir Janjar, «aucune enquête scientifique ne démontre une crise de lecture au Maroc». Les données exactes doivent, selon lui, relever d’enquêtes sociologiques sur des populations différentes et sur l’ensemble du territoire. En attendant, il livre sa vision sur l’évolution de l’édition au Maroc. Lire la suite

    Après plusieurs années à l’étranger, notamment en tant que professeur de génétique moléculaire à Saint George’s University of London, Abdeladim Moumen est repéré par l’ex-ministre de l’Industrie, Ahmed Réda Chami, qui l’a convaincu de revenir au Maroc. Il a fait partie du premier noyau de chercheurs marocains évoluant à l’étranger, qui ont été attirés par le projet ambitieux de la Fondation Mascir, à l’instar d’un autre scientifique de renommée, Mustapha «Mosto» Bousmina, une sommité mondiale dans les nanotechnologies Lire la suite

    Comment lutter contre le discours radical? Quelle est l’alternative à l’extrémisme religieux? Comment désamorcer une bombe, appelée Daech? Ou encore comment éviter le recrutement de jeunes jihadistes...? Autant de questions auxquelles répond la Rabita des oulémas du Maroc, par le biais de son secrétaire général, docteur Ahmed Abbadi. «On ne peut combattre Daech uniquement par l’insulte et la critique. Il va falloir donner une alternative crédible et cohérente»... Lire la suite

    Editorial

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc