×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Une étude pour optimiser l’éclairage public

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4958 Le 10/02/2017 | Partager
    Le schéma directeur d’aménagement lumière sera livré dans 8 mois
    Objectif: donner une identité lumière à la ville et surtout réduire les coûts

    Cohérence de l’éclairage public, valorisation des sites historiques et efficacité énergétique. Ce sont les trois objectifs fixés pour le schéma directeur d’aménagement lumière (SDAL) de Casablanca. L’étude pour ce chantier vient d’être lancée officiellement. Suite à un appel d’offres international, Lydec (délégataire des services de distribution d’eau, d’électricité, d’assainissement et d’éclairage public) a confié cette mission au bureau d’études «Ombrages Canada». Ce dernier est assisté par ICP Maroc, Artelia France et un expert en urbanisme. «Nous nous inspirons de l’expérience canadienne en matière d’illumination des places publiques, monuments historiques…», explique Mustapha Lhaya, 2e vice-président du Conseil de la ville, chargé des travaux et infrastructures. 

    Le SDAL devrait en fait aboutir à des plans-lumières par thème: valorisation du patrimoine, embellissement et animation des places publiques, identification des voies structurantes, sécurité des déplacements… Des sites comme le quartiers des Habous, l’ancienne médina, les immeubles art-déco, la mosquée Hassan II… sont visés par cette opération.
    «Chaque zone de la ville aura un éclairage spécifique qu’il s’agisse des pénétrantes, des quarties historiques ou des zone industrielles», poursuit Lhaya. 
    Le SDAL s’est fixé comme objectifs: assurer une cohérence globale de l’éclairage public, définir une identité nocturne propre à la ville, mettre en valeur le patrimoine végétal, architectural et historique de la métropole, animer les manifestations socioculturelles (jeux de lumière) et améliorer l’éclairage à travers la maîtrise énergétique des installations ou encore la réduction des nuisances lumineuses ainsi que les coûts d’exploitation. D’autant plus qu’il s’agit d’un poste qui absorbe annuellement  150 millions de DH du budget de la ville, avec des résultats peu convaincants sur le terrain. 
    L’étude s’étend sur 8 mois et couvrira le périmètre de la gestion déléguée de l’éclairage public, ainsi que toutes les voies pénétrantes (accès) de Casablanca. Elle se déroulera en plusieurs phases: l’analyse du contexte actuel, l’identification des besoins et la collecte des données, le diagnostic de l’existant (sur les plans urbanistique et architectural, énergétique, environnemental…) et en dernier lieu, l’élaboration du SDAL.
    Pour rappel, Lydec mène déjà  3 projets pilotes visant à réduire la facture énergétique à travers la modulation de l’intensité de l’éclairage public. 
    De même, le délégataire a entrepris un projet visant à utiliser l’énergie solaire pour alimenter l’éclairage public. Ce projet permet de doter les luminaires d’un éclairage Led grâce à l’énergie solaire. Montés sur des candélabres de 10 m, 5 luminaires de dernière génération ont été installés sur le boulevard Roosevelt.
    Ce site pilote permet de tester les performances des luminaires Led solaires, ainsi que l’économie d’énergie et la réduction des coûts d’exploitation qui en découleront.

    Le réseau en chiffres

    Le réseau d’éclairage public à Casablanca se déploie sur une longueur de plus 4.300 km, selon les chiffres de Lydec. Il compte environ 143.000 points lumineux dont 100.000 candélabres, avec un taux de disponibilité d’environ 97%. 

    Le réseau réalise une économie de 12% de l’énergie consommée par point lumineux, soit l’équivalent de 21 millions kWh économisés annuellement par rapport à 2009 (année à laquelle Lydec a pris en charge la gestion de l’éclairage public sur le périmètre du Grand-Casablanca).

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc