×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un couple sur 8 présente des problèmes de stérilité

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

. Les techniques de procréation, en dépit de leur taux de réussite, sont faiblement sollicitées. A peine quinze centres de fertilité sont répertoriés sur l'ensemble du territoireLa progression prodigieuse de la recherche scientifique ces dernières années est en train de bouleverser la vie humaine. Dorénavant, la vie peut être donnée en dehors du processus naturel et ce grâce à des méthodes d'assistance médicale à la procréation (AMP).Les techniques d'AMP sont souvent assimilées aux activités de biologie médicale. Leur but étant à court terme la grossesse et à long terme la naissance d'un enfant. Elles sont la révolution initiée auparavant dans la maîtrise de la fertilité. Actuellement, ces techniques sont totalement codifiées, les protocoles bien étudiés avec des résultats probants.Le Dr Abdelaziz Lemseffer, biologiste spécialisé en reproduction humaine et responsable du Centre de fertilité de la clinique Riviera à Casablanca, définit les techniques d'AMP comme étant “des actes de fabrication concernant un biomatériau tout particulier, qui ne peut être assimilable ni à un produit industriel ou pharmaceutique, ni à des dérivés sanguins ou des cellules susceptibles d'être greffées. C'est pourquoi la recherche de la qualité doit être la préoccupation essentielle et constante de tout biologiste. La bonne exécution des actes d'AMP est une condition déterminante de cette qualité”.Parmi les techniques les plus répandues de l'AMP, figurent l'insémination artificielle avec conjoint (IA), la fécondation in vitro (FIV), l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) et l'ICSI après prélèvement épididymaire ou biopsie testiculaire. Ces techniques ont permis non seulement de mieux comprendre les mécanismes de la procréation, mais aussi d'obtenir des grossesses chez des couples dont la stérilité était considérée comme définitive. Au Maroc, les centres d'AMP sont au nombre de 15. La technique la plus utilisée demeure la micro-injection. “Cette technique consiste à déposer à l'aide d'une micro-pipette un seul spermatozoïde à l'intérieur du cytoplasme de l'ovocyte. Elle permet ainsi d'augmenter le pourcentage de fécondation et donc le nombre d'embryons obtenus. Elle augmente réellement les chances d'avoir une grossesse”, souligne le Dr Lemseffer.Actuellement, et de l'avis de plusieurs spécialistes,1couple sur 8 au Maroc présente des problèmes de stérilité, soit l'équivalent de 15% de l'ensemble de la population, dont la moitié seulement pourra faire une consultation. Cette situation trouve son explication au niveau du coût de ces techniques. Rien que pour la FIV ou l'ICSI, le prix oscille entre 20.000 et 25.000 DH. Et englobe toutefois “l'ensemble des prestations fournies, à savoir les frais de la clinique, les honoraires du gynécologue et du biologiste, et le coût des médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne”, dit Dr Lemseffer.En moyenne, les chances réelles par tentative sont de 20 à 30%. Cette moyenne dépend étroitement de l'âge de la femme, mais aussi de la sévérité de l'atteinte du sperme par le mal. “Depuis la création de notre centre de fertilité, nous avons effectué entre 100 à 120 tentatives. A peine une trentaine de grossesses ont abouti, soit un taux de réussite qui avoisine les 25% ”.La fertilité d'un couple est souvent la résultante de deux fertilités. L'infertilité est pour 1/3 des cas d'origine masculine, 1/3 d'origine féminine et pour le 1/3 restant, les deux membres du couple sont hypofertiles (le couple, après une année de rapports réguliers sans contraception, n'arrive pas à obtenir une grossesse). Aujourd'hui, les experts marocains sont catégoriques: “Au Maroc, dans les centres d'AMP, nous disposons de toutes les aptitudes scientifiques et matérielles pour offrir aux couples hypofertiles les mêmes services et les mêmes chances de réussite que celles proposées par les centres en Europe et aux USA”.Mohammed EL HARRATI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc