×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tétouan: Les travaux de voirie perturbés par les fortes pluies

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

. C'est le cas du projet de dédoublement de la voie entre Tétouan et Fnidek Les premières pluies ont perturbé le trafic routier à Tétouan et à certains endroits à Tanger. D'autant plus que des travaux étaient bien avancés pour le dédoublement de la route côtière Tétouan-Fnidek (sans oublier le tronçon Tétouan-Martil). Les chantiers ont souffert avec ces pluies. La journée de lundi a connu de fortes averses entre 10h et 14h. Selon la Météo nationale, ce sont plus de 78 mm d'eau qui se sont abattus sur la ville et sa région. Tétouan donnait l'impression ce jour d'une ville noyée. Les égouts ne pouvaient plus supporter ces trombes d'eau. Plusieurs voies ont été coupées, dont une rue menant au quartier administratif. Là, les eaux sont montées à près de 70 mm, encerclant quelques véhicules. Sur la route côtière, le paysage était boueux. Dans certains quartiers de Tétouan, des bulldozers se sont attelés à dégager les couches de boue et les pierres charriées par les courants. A part quelques sous-sols inondés, il n'y a pas eu de dégâts matériels ni de victimes à signaler. M'Diq a connu le même sort et des quartiers étaient complètement inaccessibles, tellement les courants d'eau étaient forts. Cette petite ville située non loin de Tétouan est concernée aussi par le dédoublement de la voie. A Tanger, la Météo nationale a enregistré un peu moins de 55 millimètres, essentiellement entre 12 et 16h ce lundi. A Bni Makada, un quartier a souffert surtout du côté du souk où des quantités de marchandises ont été endommagées. Des habitations ont été aussi inondées, mais aucune victime n'est à déplorer. Du côté de la place de la Nation Arabe, la montée du niveau de l'eau a provoqué l'arrêt momentané de la circulation. Déjà en 2001, des pluies torrentielles avaient causé d'importants dégâts au niveau des quartiers d'Aouama et de la zone industrielle de Moghogha. Plusieurs personnes avaient trouvé la mort à l'époque. En janvier dernier, toujours à Tanger, des maisons s'étaient effondrées au quartier El Hafa. Les victimes avaient alors été recasées dans un camping de la ville. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc