×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'Oncf change de dimension

Par L'Economiste | Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

. Investissements à tour de bras. 2005-2006: fortes turbulences sous-estimées. «10 millions de touristes»: l’usager doit aussi se mettre à niveau!LE voyageur ne le voit pas encore. Il voit en réalité tout à fait le contraire. Le secteur du transport ferroviaire marocain vit de très grands bouleversements: investissements à tour de bras, modernisation du parc, acquisition de 24 nouvelles rames, nouvelles gares, complexes ferroviaires, logistiques….«D’ici à 2007» le résultat sera visible, dit l’Oncf. Entre-temps, et entre ces chantiers, l’usager du train subit. Comme si l’Office avait lui-même sous-estimé l’envergure de ses propres révolutions. Résultat: malgré toute la bonne foi, malgré l’ampleur des investissements, l’Office ne sait toujours pas comment communiquer avec son usager moyen. Celui-là même qui s’attend encore aux «lubies» du train. 2005-2006 est une forte période de turbulences pour le rail marocain.Sur le plan humain, selon les syndicats interrogés, l’arrivée de Ghellab, puis elle de Khlie (actuel DG de l’Office) dans le secteur ferroviaire ont changé l’approche: négociations ouvertes et changement de système de rémunération. Plus question d’évoluer sur la base de l’ancienneté, mais sur la base d’une évaluation annuelle. De plus, comme une vraie entreprise moderne, les employés reçoivent des primes en fonction de la rentabilité annuelle! Selon le secrétaire général du Syndicat national des cheminots (CDT), Mohamed El Anzouli qui est «très content» des négociations, près de 6.300 personnes sur 8.900, «bénéficieront dorénavant de ce système», résultat de négociations en 2002 et 2003.Donc la compétence de la ressource humaine est de mise à l’Office.. L’entonnoir a la peau dureIl n’y a pas que les trains qui vont mal ces derniers temps. Certains usagers se comportent si mal ou ne savent pas se comporter que les trains et ceux qui les prennent en pâtissent.Cela commence au guichet pour acheter son billet. A la gare, la file n’existe pas encore dans le réflexe du Marocain moyen. C’est l’entonnoir qui a la cote: c’est à qui sera servi en premier, tant pis si on se bouscule et si on perd plus de temps dans une bousculade que dans une queue. Imaginez l’impact en période estivale quand plus de 80.000 passagers par jour utilisent le train.Exemple frappant: la gare de Rabat-Agdal. Il y a quelques mois, l’Oncf a équipé la flambante gare de rubans qui dessinent un rectangle où les gens doivent aller pour prendre une ligne droite.En plus de ces rubans, sur le sol, on pouvait remarquer des bandes fluorescentes qui indiquent à l’usager qu’il faut attendre son tour avant de se présenter devant le guichetier. Aujourd’hui, les bandes fluorescentes n’existent plus, disparues sous les milliers de semelles indifférentes et l’Oncf a finalement retiré les rubans: l’entonnoir a la peau dure.Sur les trajets, les actes de vandalisme, ou d’irrespects ne manquent pas. Jets de pierres, pieds nus sur les sièges réservés aux usagers, sonnettes d’alarmes tirées par des voyous, matériel dégradé, vols de câbles, de contrepoids… etc.«Le citoyen marocain est en grande partie à l’origine de bien de problèmes ferroviaires», dit ce syndicaliste.Le développement ferroviaire devra être accompagné d’une sérieuse évolution des comportements; sans cela, l’attrait du train pour les 10 millions de touristes en 2010 sera aussi dépendant de cette évolution, et pas seulement du train.


Pour les investissements, la musique va vite, très vite

LES inaugurations n’arrêtent pas ces derniers temps. En trois ans (2005-2009), pour un montant de 15,5 milliards de DH (contrat-programme avec le gouvernement), l’Oncf investit pour:- 400 km de voies sont en cours de renouvellement - Doublement de la voie Casa-Fès pour un trajet en 3h15 mn au lieu de 4h30- Doublement de la voie jusqu’à Settat pour y étendre le modèle TNR (Train navette rapide)- Doublement de la voie Nouasser-El Jorf pour accompagner le développement de l’OCP (Office chérifien des phosphates)- Nouvelles lignes: desserte du nouveau port Tanger-Med, raccourci Sidi Yahia-Mechraa Belksiri pour faire Rabat-Tanger en 3h00 au lieu de 4h30, nouvelle ligne Taourirt-Nador (117km) pour désenclaver la région- Renforcement de la sécurité: modernisation des installations de signalisation et télécommunication pour améliorer le débit des lignes, remplacement de 30 passages à niveau par des ouvrages d’art, construction sur 100 km de murs de clôture des emprises ferroviaires- Achat de 24 rames à 2 niveaux pour 2 milliards de DH, de 20 locomotives de traction en ligne, de 340 wagons de marchandises (pour le phosphate)- Mise à niveau et construction de nouvelles gares pour en faire des complexes ferroviaires: Casa-Port, Marrakech, Fès, Hay Ryad, Rabat-ville, Mohammédia, Salé… etc.- Plates-formes logistiques pour des prestations intégrées pour les opérateurs économiquesM.Kd

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc