×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les producteurs de tomates se préparent pour l’export

Par L'Economiste | Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

. Bilan négatif pour la campagne 2005/2006. Premières expéditions début octobre . Le quota 2006/2007 est de 233.000 t CE sont plus de 238.121 tonnes de tomates qui ont été exportées entre octobre 2005 et juin 2006, dont plus de 90% vers l’Union européenne (UE). Lors de la campagne précédente, le volume expédié de tomates avait atteint 236.542 tonnes. Pour beaucoup de professionnels, contrairement à la saison précédente, le bilan est plutôt négatif cette année, notamment sur le plan commercial. Les cours du produit, hormis quelques légers pics, étaient plutôt bas. Selon les chiffres communiqués par l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), les prix ont oscillé, tout au long de la période d’expédition, entre 0,45 et 1,30 euro/kg exporté. L’abondance de l’offre toutes origines confondues conjuguée à une faible demande et une chute de la production dans la région du Souss sont, entre autres, à l’origine de ce bilan négatif. Dans ce contexte, les professionnels ne sont pas arrivés à boucler le quota alloué pour la campagne écoulée. Même avec un recul des chiffres d’affaires estimé à plus de 60% et une production qui tend à s’essouffler, les producteurs n’ont pas baissé les bras. «L’étendue des superficies malgré des conversions est plutôt stable», indique un agriculteur. Les préparatifs de la prochaine campagne vont bon train. La phase de plantation est réalisée à 50%. Une opération marquée par des problèmes qualitatifs. Selon Ahmed Mouh Mouh, producteur et membre de l’Association des producteurs et exportateurs des fruits et légumes (Apefel), le taux de perte de plants est estimé de 5 à 10%. Les cultivateurs doivent également faire face à la rareté de la ficelle. Selon l’opérateur, les fabricants sont défaillants et les stocks sont insuffisants. Ce qui a engendré une augmentation du prix de la ficelle qui est passé de 24 à 32 DH/kg. «Ces nombreux facteurs font que le coût de la culture de tomates à l’hectare a augmenté de près de 50.000 DH», avance Mouh Mouh. Par ailleurs, dès octobre, la filière qui rentrera en production expédiera ses premières tomates vers l’U.E. Pour ce premier mois d’exportation, le quota a été fixé à 6.000 tonnes. Pour sa part, le quota global alloué sur le marché européen pour cette nouvelle campagne a été fixé à 233.000 tonnes (10% de plus que l’an dernier). Pour tirer son épingle du jeu cette année, le Maroc devra améliorer sûrement sa stratégie commerciale. «Le développement de la filière repose aussi sur un travail de diversification sur le plan variétal et sur la mise en place de programmes de production préétablis», affirme un opérateur.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc