×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Drogue: Grosse saisie au port de Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

. La marchandise dissimulée dans deux conteneurs destinés à la Belgique. L’efficacité des scanners se confirme. Attention aux fausses opérations commercialesLA fin de ce mois d’août s’avère fructueuse pour les saisies de drogue. Après les prises du lundi dernier du port de Nador et le poste frontalier «Bab-Sebta », les services de la douane de Casa-Port viennent à leur tour réussir un joli coup avant-hier: la saisie de 4.558 kg de chira. Il s’agit de la plus importante prise réalisée durant ces deux dernières années, selon les responsables du port. La drogue, d’une valeur estimée à 45 millions de DH, a été retrouvée dans deux conteneurs qui devaient être acheminés vers la Belgique. La chira était emballée dans 230 cartons mélangés avec d’autres où sont stockés des bidons de l’eau de rose. «En plus des discordances relevées au niveau des documents d’exportation, l’interprétation de l’image du scanner a confirmé notre doute», tient à préciser Abdelleh Araban, responsable de la direction régionale de la douane de Casa-Port. Pour le moment, les services de la police n’ont pas pu identifier les membres du réseau. Du moins tant que l’enquête n’a pas abouti. Pour Araban, la réussite de cette opération revient à la coopération étroite entre les services de la douane et ceux de la police en matière de lutte contre le trafic des stupéfiants. L’utilisation actuellement des scanners contribue également au renforcement de système de surveillance et de contrôle des marchandises transitées par les ports. L’acquisition de ce matériel a été incontestablement un tournant dans la lutte antidrogue menée par les autorités marocaines.Dans ce cadre, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) a lancé un programme pour l’équipement en scanners des principaux ports du pays. Ces appareils ont confirmé leur efficacité pour la détection des produits stupéfiants dissimulés dans les conteneurs et les ensembles routiers au départ des plateformes portuaires. En effet, le port de Casablanca a été doté d’un scanner semi-mobile et un autre fixe, tandis qu’une unité mobile a été affectée pour chacun des ports de Nador, Tanger et Agadir. Le renforcement du dispositif technique s’accompagne également du juridique. L’accent est mise en particulier sur la coopération avec d’autres pays en matière de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants. Ce renforcement de contrôle est dicté par l’ampleur et le danger que représente ce fléau sur la sécurité et la stabilité du pays (financement des groupes terroristes). Les plus grosses prises ont été réalisées lors de contrôles d’opérations commerciales sous couvert de déclarations douanières pour l’exportation des produits notamment agricoles ou d’artisanat. La quantité des stupéfiants saisis par la douane en 2005 a atteint 62.808 kg dont 99,9% de chira, soit une augmentation de 29,09% par rapport à l’année 2004. Le port de Casa-Port vient en tête avec près de 33 tonnes, suivi de la zone Nord-Ouest dans laquelle a été saisie 24,5 tonnes. En général, les trafiquants aménagent des cachettes au niveau des véhicules ou des conteneurs pour faire dissimuler les plaquettes de chira. Les bagages des voyageurs sont également utilisés pour les mêmes fins. Cette progression des saisies donne une idée sur l’ampleur du trafic. Il ne faut pas se faire d’illusion: la lutte antidrogue n’est pas encore gagnée. Beaucoup sont d’avis que le volume des drogues saisies est insignifiant par rapport à celles qui arrivent à sortir clandestinement.


Résultats encourageants mais...

Selon le rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), le Maroc produit moins de drogue (cf. www. Leconomiste.com). Cependant, il demeure potentiellement l’un des grands fabricants de résine de cannabis au monde. La «superficie totale des cultures illicites de cannabis tout comme la production potentielle totale de résine de cannabis ont diminué de 10% en 2004 par rapport à l’année précédente». «Un résultat jugé encourageant», par les auteurs du rapport qui consacre un gros volet au Maroc. Toutefois, le Royaume tient le haut du pavé dans la production mondiale de résine de cannabis avec une part supérieure à 40%, est-il souligné. Bien évidemment, l’étude montre que c’est la région du Rif qui est la plus touchée par ce phénomène. L’OICS trouve positif que le gouvernement marocain ait lancé une campagne d’éradication du cannabis dans cette région. Il l’invite même à poursuivre ses efforts en vue de parvenir à l’éradication totale de la culture du cannabis sur son territoire. Le rapport soulève également l’insuffisance des contrôles aux ports maritimes et aux frontières terrestres et l’absence d’une législation appropriée en matière de contrôle des drogues continue d’exacerber le problème du trafic de drogues au Maroc. L’Afrique est le deuxième producteur mondial d’herbe de cannabis (après l’Amérique du Nord), comptant pour 28% dans le total mondial avec près de 12.000 tonnes.En Egypte, où le cannabis continue d’être cultivé illicitement dans le Nord-Sinaï, les saisies d’herbe de cannabis ont connu une progression alarmante, augmentant en 2004 de 40% par rapport à 2003. L’abus de cocaïne reste faible sur le continent, mais il augmente en Afrique du Sud, au Nigeria et au Sénégal (sous forme de crack). De plus, deux saisies récentes, de cocaïne effectuées au Kenya, totalisant plus d’une tonne, peuvent laisser supposer que les trafiquants de cocaïne ont également commencé à utiliser l’Afrique de l’Est comme zone de transit. La cocaïne continue d’être consommée essentiellement dans les villes et les centres touristiques d’Afrique australe et d’Afrique de l’Ouest.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc