×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Caisses de retraite: L'indispensable mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

. Jettou s'est engagé à verser à la CMR 4,7 milliards de DH. Les centrales syndicales pour plus de transparence, une meilleure gestion et l'amélioration des pensionsDes Caisses de retraite déficitaires et des pensions misérables, tel est le constat établi lors des séances de travail tenues par le Premier ministre avec les délégations des centrales syndicales. Des mesures urgentes pour la réforme de ces caisses devraient voir le jour dès que les centrales syndicales, qui ont commencé aujourd'hui l'examen des propositions du Premier ministre, auront donné leurs réponses. En prévoyant plus de 4,7 milliards de DH en 2004 au titre des contributions de la part patronale de l'Etat, Driss Jettou est déterminé à réformer les retraites. Mais si les centrales syndicales sont toutes d'accord sur le principe de l'urgence de l'amélioration de la situation financière des Caisses de retraite, le fait de mettre la main à la poche ne plaît pas à tout le monde. Les syndicats représentés au conseil d'administration sont unanimes pour le renforcement des ressources des Caisses de retraite. Les positions par rapport à l'augmentation des cotisations divergent néanmoins d'une centrale à une autre.Pour l'UMT, l'augmentation de 3% proposée par le gouvernement est jugée exorbitante en raison du faible pouvoir d'achat des fonctionnaires. La centrale syndicale de Mahjoub Benseddik demande d'abord que la lumière soit faite sur le mode de gestion désastreux qui a conduit la caisse marocaine de retraite à cette situation peu enviable.En revanche, la CDT reste optimiste. Pour Noubir Amaoui, la situation n'est pas aussi alarmante. Les propositions faites par le Premier ministre s'inscrivent en fait dans les perspectives d'avenir des Caisses de retraite. Avec l'augmentation du nombre de retraités par rapport aux nombres d'actifs et le recours de plus en plus au départs volontaires, la réforme des caisses de retraite est dans l'ordre des choses. Sur la base de ces données, la CDT n'est pas contre la proposition urgente du gouvernement d'augmenter les cotisations de 3% à partir de 2004 sur une période étalée sur trois ans. La même position est adoptée par l'UGTM. Abderazzak Afilal appelle même à la mise en place de caisses de retraite supplémentaires et la recapitalisation des ressources de la Caisse marocaine de retraite comme cela a été le cas de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR).L'UMT qui est d'accord sur le principe de sauver les caisses de retraite fait toutefois allusion à d'autres scénarios que l'option facile de l'appel à cotisations. Miloudi Moukharik, qui a conduit la délégation de la centrale lors de la réunion avec le Premier ministre, appelle notamment à une réforme sur le plan de la gestion pour plus de transparence. “Nous ne voulons plus que la caisse de retraite soit une simple annexe du ministère des Finances”, insiste-t-il. En d'autres termes, les centrales sont toutes unanimes à vouloir contribuer à renflouer les caisses de retraite. Mais cet engagement reste conditionné par l'introduction de plus de transparence dans la gestion et surtout que cet effort ait un meilleur effet sur les pensions misérables de certaines catégories de fonctionnaires. Des promesses auraient été données dans ce sens aux centrales syndicales.


Diagnostic

Le diagnostic des caisses de retraite a montré l'urgence d'une réelle mise à niveau. D'abord, l'augmentation du nombre des retraités par rapport aux citoyens actifs. Auparavant, 12 fonctionnaires actifs payaient pour 1 retraité. Aujourd'hui, le rapport est de 12 actifs pour 5 retraités. Et la situation est appelée à empirer avec l'augmentation du nombre des retraités et le recours de plus en plus aux programmes de départs volontaires.Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc