×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Bac pro: Le Souss s’y met

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4760 Le 27/04/2016 | Partager
    47 filières de baccalauréat professionnel lancées en 2016/2017
    2.750 bénéficiaires dans la région

    Ils sont 2.750 bénéficiaires de places pédagogiques au niveau régional, et ce, dans le cadre du projet du baccalauréat professionnel. Cette opération compte améliorer la synergie entre l’enseignement secondaire et le marché du travail, tout en donnant aux bacheliers la possibilité de poursuivre leurs études supérieures et d’augmenter ainsi leur insertion professionnelle. Concrètement, 47 filières du baccalauréat professionnel ont été lancées l’année 2016/2017 au niveau régional. Des filières qui représentent des secteurs porteurs. Notamment la logistique, le froid et génie thermique, l’électricité, l’hôtellerie tourisme, les métiers de l’automobile, le textile habillement, les technologies de l’information, le BTP, le tertiaire, le génie mécanique ou encore le service. Ces secteurs étant jugés porteurs de croissance et créateurs d’opportunités d’emploi. Ce projet du baccalauréat professionnel vient d’être récemment discuté avec la direction régionale de l’OFPPT et l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation (AREF) Souss-Massa. «Ce projet garantira la diversification des opportunités de formation et favorisera la mise en place d’un système de passerelles entre le système de l’Education nationale et celui de la Formation professionnelle», explique M’barek Boufoussi, directeur régional de l’OFPPT Souss-Massa. «Ce qui corrobore l’importance de la formation professionnelle en tant que choix pour les jeunes», a-t-il ajouté.  Afin d’assurer la réussite de cette implémentation, les deux partenaires ont procédé à une pré-évaluation de cette nouvelle expérience via une étude sur un échantillon représentatif des bénéficiaires de cette formation. Il ressort de ce coup de sonde que 92% des élèves souhaitent poursuivre leur cursus en baccalauréat professionnel. Ce qui indique d’ores et déjà leur engouement pour ce projet de formation. Néanmoins, comme toute nouvelle expérience, des lacunes ont été relevées surtout au niveau de la langue et de la communication. En fait, les élèves présentent des difficultés d’assimilation surtout que les matières scientifiques et professionnelles sont dispensées en langue française. Conscients du l’obstacle de la langue, les partenaires comptent prendre les mesures nécessaires pour assurer la réussite et la continuité du projet.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc