×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Middle management
    Quand petit chef devient grand

    Par Karim Agoumi | Edition N°:4760 Le 27/04/2016 | Partager
    La pratique prend une dimension plus humaine et moins «fonctionnelle»
    Un moyen de «connecter» la stratégie et le terrain
    Une population présente dans de nombreuses grandes structures publiques et privées
    middle_mangement_060.jpg

    Les entreprises marocaines sont connues pour leur forte «distance hiérarchique». Un contexte favorable au développement d’une classe de managers bien particulière, le middle management, qui se situe comme son nom l’indique au niveau intermédiaire dans la chaîne hiérarchique. Une catégorie professionnelle en plein essor présente aussi bien dans le public que dans le privé et qui passe d’un rôle fonctionnel à une fonction avec des enjeux plus «humains».
    Le middle management est une classe de managers située entre les premières lignes managériales et les collaborateurs, confie Mohamed Tazi, Directeur de LMS Formation. L’on y retrouve ainsi les chefs de division, les directeurs de département ou encore les directeurs régionaux. Appelé également management intermédiaire ou management de proximité, ce mode managérial permet avant tout de traduire les orientations stratégiques émanant de la direction en projets structurés et «concrets», précise Saif Allah Allouani, coach certifié, maître PNL et expert en psychologie d’entreprise. Une population chargée ainsi de convertir la stratégie en plan d’action compréhensible par l’équipe opérationnelle et qui est le plus souvent attendue sur des résultats opérationnels de production ainsi que sur des résultats de développement des compétences comportementales de l’équipe.
    Le middle management est particulièrement présent au Maroc, concernant aussi bien les entreprises publiques telles que les ministères que les grandes entreprises privées telles que les banques, les offices ou encore les opérateurs télécom comme par exemple Maroc Telecom. Un mode de management qui touche avant tout les structures de grande taille, lesquelles permettent d’intégrer de tels postes de manière simple et distincte. «Le middle management est plutôt observé dans les grandes entreprises et celles de taille moyenne ayant plutôt des niveaux hiérarchiques étendus», souligne ainsi Samir Salek, consultant senior et Directeur pôle organisation et ressources humaines à Officium Maroc. Au sein des PME, ce rôle est plutôt du ressort des entrepreneurs-gestionnaires. Il n’existe pas encore à l’heure actuelle de chiffres concrets concernant cette population en plein essor.

    middle_mangement_1_060.jpg

    «Nous ne disposons pas encore d’institution interprofessionnelle qui suit les pratiques du management et de gestion dans l’entreprise marocaine», précise ainsi le directeur.
    La pratique du middle management au Maroc a sensiblement évolué au cours des dernières années, prenant une dimension plus humaine, explique Saif Allah Allouani. Les middle managers sont passés d’un rôle de chef de structure fonctionnel et hiérarchique à une fonction autrement moins formelle de leader de projets et de programmes avec des interfaces et des enjeux plus humains. Néanmoins, dans la plupart des cas, seuls les plus compétents dans leur domaine évoluent dans cette fonction. Or, être compétent dans un domaine ne signifie pas que l’on a toutes les cartes en main  pour manager une équipe, explique Mohamed Tazi. Une tendance qui aurait tendance à régresser puisque de plus en plus d’entreprises forment leurs futurs middle managers à leur prise de fonction.
    Le middle management est instauré dans l’entreprise marocaine pour de multiples raisons. Ce mode managérial permet tout d’abord de «connecter» de manière effective la stratégie et le terrain. «C’est aux middle managers que les employés rendent compte de leurs résultats et de l’avancée de leurs tâches», confie ainsi Saif Allah Allouani. Autre but visé et non des moindres, mettre le focus  sur des domaines spécifiques comme la logistique, le marketing ou encore sur des régions particulières. Un moyen selon l’expert de garantir l’appropriation de la stratégie par tous les secteurs de l’entreprise.
    Pour réussir au sein d’un poste de middle management, il est essentiel de cultiver des compétences de gestion d’interfaces, de leadership, de mobilisation des hommes et d’intelligence politique. Le middle manager doit savoir écouter, remettre sur le droit chemin et suivre les deadlines. Mais pas seulement. Il doit être capable de mener des équipes et les motiver à travailler sur des projets. Des aptitudes comportementales et des attitudes essentielles telles que l’écoute, la communication ou l’empathie  permettront d’anticiper les tensions, de cultiver les alliances et surtout de donner l’exemple aux employés du groupe.

    Les pièges à éviter

    Le middle manager peut tomber dans des pièges néfastes pour le fonctionnement de l’entreprise et remettant en cause sa fonction. Ainsi, le risque de «tour d’ivoire» se pose lorsque le manager se «déconnecte» de la réalité du terrain en demeurant trop aligné sur les discours des top leaders sans pour autant assurer la connexion avec la véritable vie de l’organisation, confie Saif Allah Allouani, coach certifié, maître PNL et expert en psychologie d’entreprise. Autre problème bien connu, le «complexe de la langouste» survient lorsque le manager devient trop sensible à la critique, surcontrôle ses collaborateurs et se ferme sur lui-même. Un manque de prise de risque qui peut s’avérer fatal pour le groupe. L’entreprise peut également vivre une véritable guerre de territoires qui se déclenche entre plusieurs middle managers de la même organisation. Des conflits qui peuvent compromettre sérieusement la performance de l’organisation.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc