×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda: Le festival des sciences cartonne

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5507 Le 02/05/2019 | Partager
    4.000 élèves ont réalisé des démonstrations scientifiques avec de simples moyens
    Pour prouver que la science n’appartient pas à une catégorie sociale
    Encourager les réflexes créatifs dès le bas âge
    oujda-le-festival-des-sciences-007.jpg

    La manifestation entend contribuer à insuffler une culture scientifique et technique, tout en encourageant les jeunes à innover (Ph. AK)

    Le rideau est tombé dimanche dernier sur la 8e édition du festival des sciences de l’Oriental, qui a connu un franc succès auprès des élèves ciblés. Plus de 4.000 écoliers et collégiens d’Oujda ont participé à la réalisation de démonstrations scientifiques avec des moyens rudimentaires.

    Destinée à la jeunesse estudiantine et aux enfants de l’Oriental, cette édition a proposé une panoplie d’activités, sous forme d’ateliers ciblant les mathématiques, la physique, la robotique, l’astronomie, médecine, économie, génie civil, génie industriel et génie informatique.

    Et pour donner plus de convivialité à ces enseignements pratiques, deux espaces grandeur nature ont servi de plateformes à des expériences reproductibles: Le parc Lalla Aïcha et le chapiteau du Centre d’études et de recherche humaines et sociales. Des ateliers de vulgarisation scientifique pour convaincre les plus hésitants à développer des réflexes de créativité scientifique.

    La finalité de ce festival est d’instaurer une culture scientifique dès le bas âge et démontrer que les élèves des écoles périphériques ont soif de découvertes et qu’ils n’ont rien à envier aux élèves des quartiers huppés.

    «Il ne suffit pas d’avoir des bonnes notes dans les matières scientifiques pour être un scientifique. Il faut développer des réflexes scientifiques en toute liberté. Spécialement chez les élèves qui n’ont pas les moyens de se procurer les nouveaux outils d’accompagnement scolaire», précise  Jamal Yousfi, responsable de la communication à la maison des sciences. C’est ce que propose le festival des sciences qui milite pour casser les préjugés qui classent les enfants des quartiers périphériques d’élèves sans penchants scientifiques.

    «Plus on s’éloigne de la centralité des villes moins on trouve d’élèves scientifiques, car les matières scientifiques sont diabolisées auprès de ces écoliers. De fait, ils sont victimes d’une très mauvaise orientation», explique de son côté Jawad Ben Eddi, président de la fondation Omar Ibn Abdelaziz, organisatrice du festival des sciences.

    Toutes les explications et démonstrations sont faites à partir d’objets qui sont à la disposition de tous, pour encourager les élèves des quartiers périphériques à avoir confiance en leurs capacités.  

    Le nouveau concept pour la 8e édition du festival des sciences consiste en l’organisation de visites par bloc, qui correspondent à des domaines de recherche scientifique: la médecine, l’astronomie l’économie et le jeu. Approche qui facilite l’assimilation et motive les écoliers à tenter leurs propres expériences. C’est également une préparation pour la 9e édition qui sera organisée au début de l’année scolaire et non à sa fin, comme ce fut le cas pour les huit précédentes éditions.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc