×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Europe

    Un GIAC-pêche pour la formation

    Par L'Economiste | Edition N°:308 Le 11/12/1997 | Partager

    Les opérateurs du secteur des pêches maritimes viennent de constituer leur propre GIAC. Objectif, accompagner la modernisation de la flotte marocaine en termes de formation continue.


    Le secteur halieutique a désormais son propre GIAC (Groupement Interprofessionnel d'Aide au Conseil). L'organisme permettra de tenir compte de la spécificité sectorielle en termes d'identification des besoins, de programmation de la formation continue, ainsi que de perfectionnement des compétences nécessaires au développement des entreprises.
    Le «GIAC-pêche maritime», à l'instar des autres GIAC, est une structure qui regroupe, dans le cadre d'une association à but non lucratif, des fédérations professionnelles et des entreprises. La FENIP (Fédération des Entreprises Nationales de l'Industrie de la Pêche) qui regroupe cinq autres associations de pêche (UNICOP-APROMER-AMASCOP-ANAFAP- FIPROMER) est membre de ce GIAC-pêche maritime. Et d'ores et déjà, une réflexion entre le GIAC-pêche maritime et la FENIP est entamée pour définir les termes de référence d'une étude sur l'hygiène qui devrait aboutir sur une campagne de sensibilisation. Il faut rappeler que c'est dans le cadre du programme global de la Banque Mondiale d'appui au secteur privé et de mise à niveau de l'économie marocaine qu'on a mis en place les GIAC.
    Il s'agit en effet de structures qui permettent d'identifier et d'exprimer la demande en formation continue, d'assister les entreprises pour la détermination de leurs besoins en formation et les inciter à entreprendre des programmes de formation. La mission du GIAC-pêche maritime consiste à inciter les entreprises du secteur halieutique à adhérer à ce programme de formation afin d'améliorer leur compétitivité.

    Formation professionnelle

    Les entreprises du secteur qui ont des projets de développement et qui souhaitent bénéficier de remboursements de formation par l'OFPPT peuvent bénéficier de l'assistance du GIAC-pêche maritime. En effet, une convention a été signée, début octobre 1997, entre le Ministère de la Formation Professionnelle et le GIAC-pêche maritime qui prévoit un budget de 1,5 million DH pour le financement d'actions de formation, dans les proportions de 75% au bénéfice des adhérents au GIAC. Outre cette enveloppe, le programme prévoit également le soutien aux entreprises souscrivant aux contrat spéciaux de formation (CSF). Basé sur un système de gestion tripartite, les CSF sont destinés à contribuer au financement des activités d'élaboration et de mise en oeuvre de plans de formation.
    Un manuel de procédures a été diffusé aux membres du GIAC-pêche maritime. Ce document définit les actions finançables selon les CSF, les critères d'éligibilité et de sélection des demandes de financement.

    Le remboursement des actions réalisées par les entreprises dans le cadre des CSF est calculé sur la base des dépenses effectuées selon les taux suivants:
    - 80% pour l'ingénierie pour les entreprises ayant bénéficié du concours d'un GIAC;
    - 70% pour les actions de formation issues d'un plan de formation, ce taux est ramené à 65% la deuxième année;
    - 50% la première année, 40% la deuxième année, 35% la quatrième année et 20% en l'an 2000 pour les formations spécifiques et ponctuelles au Maroc ou à l'étranger (centres spécialisés, instituts et grandes écoles, ou auprès de partenaires industriels).


    Une question de financement


    LA première assemblée générale ordinaire du GIAC-pêche maritime a été tenue le mercredi 22 octobre 1997. Le GIAC est une association à but non lucratif qui regroupe des associations professionnelles et des entreprises du secteur halieutique. M. Hassan Rizk, directeur général du GIAC-pêche maritime conteste certaines dispositions du Dahir des 58 qui réglemente les associations: «Sans pour autant diminuer de l'importance de certaines associations, il n'est pas logique que les associations professionnelles soient soumises au même régime que les associations de quartiers». Pour l'instant, le GIAC ne dispose d'aucune ressource financière. Et seule la FENIP ainsi que le Ministère des Pêches Maritimes apportent leur soutien au GIAC.
    Ce dernier avait prévu dans ses statuts deux ressources financières émanant de la rémunération du service rendu aux adhérents et l'octroi de dons au profit du GIAC. Mais il faudrait aménager les statuts associatifs.

    Hassan BOUCHACHIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc