×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Tokyo, la ville la plus chère du monde

Par L'Economiste | Edition N°:1792 Le 17/06/2004 | Partager

TOKYO reste la ville la plus chère du monde. Elle est talonnée de près par Londres, alors que Paris arrive en 17e position et qu’Asunciòn ferme la marche. C’est ce qu’a révélé une enquête réalisée par le cabinet de conseil Mercer HRC.L’année dernière déjà la capitale japonaise occupait la première place du classement, en revanche, la capitale anglaise a réalisé un bond de trois places en passant de la cinquième à la deuxième place. Plus surprenant encore, la capitale russe Moscou qui monte sur la troisième marche du podium, suivie d’une autre ville japonaise Osaka et de Hongkong en cinquième position. New York, la ville la plus chère d’Amérique du Nord, s’affiche à la 12e place du classement. Et c’est au sud du continent américain, à Asunción au Paraguay que la vie est la moins chère du monde, selon cette étude.“Les importantes modifications dans le classement sur le coût de la vie sont dues aux fluctuations monétaires, notamment à celle du dollar et de l’euro”, relève l’enquête. Concernant la capitale de l’Hexagone, Paris, l’étude note que le logement reste très difficile à trouver, surtout lorsqu’il s’agit “d’habitations meublées”. Quatre des cinq villes les moins chères d’Europe font partie des nouveaux entrants de l’Union européenne: Ljubljana (Slovénie), Vilnius (Lituanie), Limassol (Chypre) et Bucarest (Roumanie). Parmi les cinquante villes les plus chères, près de la moitié (24) sont européennes. Dans cette zone géographique, Londres reste et de loin la plus onéreuse en raison “du logement et du transport”, et est suivie de Copenhague (Danemark) et de Milan (Italie).L’étude, qui a porté sur 144 villes, se fonde sur des critères relatifs au logement, à la nourriture, à l’habillement et appareils ménagers, ou encore aux transports et loisirs. Synthèse L’Economist

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc