×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

P.O.: Des «formules nouvelles» pour la paix

Par L'Economiste | Edition N°:3355 Le 06/09/2010 | Partager

. Des propositions suite à la réunion de Washington. Représailles contre le Hamas à GazaLe Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont relancé jeudi à Washington des négociations directes de paix, suspendues depuis 20 mois, qui visent à conclure d’ici un an un accord. Après ce premier contact, le processus de négociations devrait reprendre les 14 et 15 septembre au Proche-Orient.Le Premier ministre israélien estimait hier dimanche que «des formules nouvelles» doivent être trouvées pour résoudre le conflit. «Il faut tirer les leçons de 17 ans de négociations et, cette fois, pour réussir, nous devons penser à des formules nouvelles et trouver des solutions effectives à des problèmes complexes», a-t-il affirmé, sans définir la nature de ces «formules nouvelles». «Nous voulons un compromis historique avec les Palestiniens, qui préserve nos intérêts, en particulier dans le domaine sécuritaire», a réaffirmé Netanyahou, dans des propos diffusés par la radio militaire, au début du conseil des ministres. Il a d’autre part indiqué, devant les ministres de son parti Likoud, que plusieurs pays arabes seraient prêts à s’engager dans le processus de paix avec Israël, mais attendent de voir. Le chef du gouvernement israélien a signalé la semaine dernière qu’il «n’exclut pas de procéder à un référendum» en Israël s’il parvient à conclure un accord de paix avec les Palestiniens. Citant des sources proches du Premier ministre, la radio précise qu’un tel référendum pourrait se tenir dans moins d’un an, dès qu’un «accord-cadre» fixant les grandes lignes d’un règlement final du conflit aura été signé.Le principal négociateur palestinien, Saëb Erekat, estimait pour sa part à la radio de l’armée israélienne que l’Autorité palestinienne peut disparaître si elle ne parvient pas à conclure un accord de paix avec Israël. Il n’a pas précisé s’il songeait, dans ce cas de figure, à l’éventuelle prise de contrôle de la Cisjordanie par le mouvement islamiste Hamas, maître de la bande de Gaza. «Nous pouvons faire la paix, c’est faisable», a ajouté Erekat.En marge de ces négociations pour la paix, surviennent à Gaza les premiers incidents transfrontaliers depuis la reprise des négociations. Deux Palestiniens ont été tués, un autre porté disparu et trois autres ont été blessés par trois raids de l’aviation israélienne samedi soir. Un porte-parole militaire israélien a confirmé les trois raids, indiquant que ceux-ci étaient intervenus à la suite d’une série d’attentats en Cisjordanie revendiqués par le Hamas et d’un tir de roquette plus tôt, de la bande de Gaza contre le sud d’Israël, qui n’a pas fait de blessé, selon l’armée israélienne. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc