×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

L'Oriental face aux inondations

Par L'Economiste | Edition N°:1727 Le 17/03/2004 | Partager

. Un responsable de la protection civile à Berkane porté disparu. Trafic routier suspendu sur certains tronçons inondés Les pluies qui se sont abattues sur la région de l'Oriental ces trois derniers jours ont atteint des niveaux record. Les précipitations les plus importantes ont été enregistrées dans la province de Berkane et surtout dans la région de Tafoughalt où le volume de pluviométrie a atteint 375 mm. Ce qui dépasse la moyenne annuelle de la province, soit 350 mm. La circulation a ainsi été interrompue sur plusieurs routes provinciales. Sur la route reliant la ville de Berkane et Aklim, un car a été emporté par le courant de l'Oued Lakhmis (20 km de Berkane). Si les passagers ont pu être sauvés, un responsable de la protection civile est toujours porté disparu. Selon la MAP, il s'agit du commandant de la protection civile à Berkane, le lieutenant Mohamed Rabah. “C'est la seule perte humaine enregistrée jusqu'à présent”, précise-t-on à la Province de Berkane. D'autre part, une personne emportée par les eaux de l'Oued Ouartas (province de Berkane) a été sauvée et évacuée à l'hôpital Addarak de Berkane où des soins lui ont été prodigués. Ses jours ne sont pas en danger, selon la MAP.Il est à signaler que les fortes pluies ont également provoqué les crues de plusieurs Oueds, en particulier dans la province de Berkane, ainsi que la coupure de plusieurs routes notamment celles de Berkane-Tafoughalt et d'Aklim- Atamna. “On attend le retour au calme pour commencer les interventions sur ces routes”, est-il précisé de la même source. A la ville de Saïdia, la situation est déplorable. Les rues sont inondées ainsi que plusieurs habitations. Jamal Belouchi, opérateur hôtelier, déplore l'état des canalisations. Selon lui, c'est un vrai problème pour la ville de Saïdia. “C'est l'un des obstacles au développement du tourisme dans cette station balnéaire”, explique-t- il. A Oujda, les précipitations étaient moins importantes. Leur cumul sur les trois derniers jours a atteint à un peu plus de 100 mm. Selon la wilaya, il n'y a pas eu beaucoup de dégâts. Ce sont particulièrement les caves de maisons des quartiers résidentiels qui ont été les plus touchées. 25 caves ont été, en effet, inondées. Les immeubles du boulevard Mohammed V n'ont pas été épargnés. L'eau a pu pénétrer dans certains d'entre eux. Un collège a également été inondé dans la région de Béni Drar. Côté trafic routier, celui-ci a été interrompu sur les routes Oujda-Béni Drar et Béni Drar- Aïn Sfa. Par ailleurs, concernant les cultures, l'Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya, (ORMVAM), établit un premier constat. Il s'attend à ce que certaines cultures dans la province de Berkane, notamment la pomme de terre et les betteraves à sucre, subissent des dégâts. Amal TAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc