×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Le petit commerce redoute l'arrivée de la distribution moderne

Par L'Economiste | Edition N°:1445 Le 27/01/2003 | Partager

. Si aucune discussion n'est entamée après le boycott du tabac et des timbres, l'association des petits commerçants prévoit des sit-in, voire des fermeturesLa grève des petits commerçants de Fès a pris fin aujourd'hui. En effet, pendant six jours, les 600 membres de l'association des petits commerçants (représentants les secteurs de vente des produits alimentaires et de journaux, timbres et tabacs) ont décidé de boycotter les produits de la Régie des Tabacs et des timbres de quittance. Principale raison de ce mouvement de grève: protester contre la politique fiscale qui menace de faillite des milliers de commerçants et près de 5.000 emplois. Alors qu'ils réclamaient une baisse des impôts, 90% d'entre eux se sont rendus compte au contraire que l'administration a répondu à travers.. des redressements fiscaux. La mesure a été bien entendu très mal accueillie vu que le secteur traverse une crise économique sans précédent. Depuis l'implantation des grandes surfaces dans la capitale spirituelle, les petits commerçants ne voient plus le bout du tunnel. “Déjà que le pouvoir d'achat à Fès n'est pas très élevé, l'arrivée de Marjane et récemment d'Acima a porté un sérieux coup à notre secteur”, se plaint Hassan Bouderka, président de l'Association des petits commerçants. Les commerçants dénoncent, par la même occasion, la prolifération des marchants ambulants. “En effet, ces derniers se partagent toute la ville. Du Boulevard Mohammed V à la place Florence en passant par Saâda… ils sont partout et dérangent même les citoyens dans leur vie quotidienne”, s'indigne Bouderka. A cet égard, les membres de l'association ont demandé la mise en application de la circulaire de septembre dernier des départements ministériels de l'Intérieur et du Commerce et de l'Industrie, régissant l'organisation du commerce informel.Décidés à aller jusqu'au bout, les petits commerçants ont pris des résolutions fermes. “Si aucune discussion n'est entamée avec les responsables, nous prévoyons des sit-in pour les faire réagir. Si cette tentative échoue, nous baisserons les rideaux”, déclare Bouderka. De notre correspondante,Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc