×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La Lydec généralise le «tarif patenté»

Par L'Economiste | Edition N°:1445 Le 27/01/2003 | Partager

. Il concerne les professionnels exerçant une activité soumise à la patente. Certaines des populations qui en ont fait l'objet contestentLa Lydec vient d'envoyer des lettres informatives aux personnes exerçant une activité soumise à l'impôt de la patente. Elle leur demande de souscrire leur contrat d'abonnement au tarif patenté pour la consommation d'électricité. Cette souscription est soit automatique, soit par résiliation de l'ancien contrat et son remplacement par un autre selon de nouvelles normes. Tout dépend du choix du client.Ainsi, le tarif «éclairage patenté sans minimum« remplacera le tarif «éclairage avec minimum«. Dorénavant, les factures seront libellées au nouveau régime tarifaire composé de deux tranches. La première allant de 1 à 150 kWh est facturée à 1,4334 DH contre 0,8460 pour le tarif domestique. La deuxième tranche est celle qui va au-delà de 151 kWh et elle est facturée au prix de 1,5927 DH contre 0,9187 pour l'éclairage domestique. La Lydec offre à ses clients un choix entre deux formules de «tarif patenté«. Le tarif normal (celui décrit ci-dessus) et le «tarif patenté avec minimum«. Pour ce dernier, le client fixe avec la Lydec un seuil de consommation qu'il s'engage à atteindre. Il est calculé sur la base de 200 heures de consommation de la puissance souscrite. Si le client l'atteint, il bénéficie d'une réduction. Sinon, il se verra appliquer le tarif patenté sans minimum. Cette nouvelle procédure n'est pas encore généralisée. La Lydec procède par petits paliers, c'est-à-dire en fonction de l'approche d'expiration du contrat. Ce sont d'abord ceux dont le contrat d'abonnement arrive à échéance qui sont concernés (le contrat est annuel avec reconduction tacite). A chaque mois, c'est un autre lot de clients qui s'ajoute à la population indexée au nouveau régime tarifaire. Ce sont des professionnels situés dans des quartiers de la périphérie de Casablanca mais aussi à Mohammédia (Ben M'Sick Sidi Othman, Salmia…) que viennent les plus vives contestations.La Lydec explique ce changement par souci d'équité. Une enquête qui a porté sur 640.000 clients, destinée à assainir la base de données, a révélé, en effet, entre autres anomalies, une discrimination tarifaire. Il se trouve que seulement une partie des professionnels s'acquittaient de leurs redevances en électricité conformément au tarif patenté depuis qu'ils ont souscrit leurs contrats. «Notre objectif est de veiller à ce qu'il y ait une équité entre les clients et que la législation soit respectée«, commente Bouchra Ghiati, directrice de la communication à la Lydec.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc