×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fès: Fin de la grève à la Faculté de médecine

Par L'Economiste | Edition N°:1656 Le 05/12/2003 | Partager

. Les cours reprennent aujourd’hui vendrediL’heure de la reprise des cours a sonné à la Faculté de médecine de Fès. Les cours reprennent aujourd’hui. Au total, 40 enseignants avaient décidé en début de semaine de suspendre les cours pendant 72 heures. “Cette grève est venue à la suite de la situation intolérable que vivent nos médecins au CHU avec leurs collègues du secteur public ”, indique le Pr. Hassan Farih, doyen de la Faculté de médecine de Fès. Le mouvement de protestation veut également attirer l’attention sur le manque d’équipements de soins et de salles d’études dans les trois CHU (Ghassani, Ben Elkhatib et Omar Drissi). Les grévistes espèrent ouvrir un dialogue avec le ministère de la Santé pour améliorer la situation des trois CHU. “Comment peut-on former des chirurgiens alors qu’on n’a pas de blocs opératoires suffisants?”, s’interroge Farih. Et d’ajouter qu’il est inadmissible que les étudiants fassent de grands efforts pour apprendre et assimiler les cours théoriques sans avoir un lieu pour s’exercer aux “gestes” pour soigner et assister aux travaux pratiques. Ce deuxième volet de la formation semble ne pas être très bien assuré au CHU. “Si on veut former un étudiant en sept ans alors qu’on n’a pas les moyens, il faut prolonger la durée parce que la médecine s’enseigne essentiellement au lit du malade ”, souligne Farih. Une carence qui va plus loin, puisqu’une tension allant crescendo envenime depuis quelque temps les relations entre les manifestants, d’une part, et les médecins et le personnel des hôpitaux publics de Fès, d’autre part. “Peut- être, que l’on a squatté leurs locaux, mais ils doivent nous supporter, notre objectif est noble et il est le même : former les futurs médecins”, affirme l’un d’entre eux. En tout cas, les étudiants sont, pour leur part, convaincus que cette grève est dans leur intérêt et qu’elle passera sans trop de dégâts, car la plupart des enseignants ont achevé les cours du programme de la première tranche. D’autant plus qu’il y a beaucoup de missionnaires qui viennent de Lyon, donc qui ne sont pas concernés par la grève et qui poursuivent leurs cours normalement. “Il y a aussi des vacataires qui viennent de la Faculté des sciences, eux aussi, n’ont pas suspendu les cours”, note Farih.Reste à signaler que la Faculté de médecine de Fès a été créée en 1999. Et depuis, elle reçoit des étudiants de toute la région du Nord. Actuellement, 927 médecins stagiaires profitent de ses cours avec un corps professoral de 60 enseignants y compris les vacataires. Dans le cadre de son ouverture, elle reçoit des enseignants missionnaires venant de France et des étudiants étrangers. Elle propose, outre les disciplines médicales, des cours d’informatique et d’anglais. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc