×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bons du TrésorLe marché entrevoit une remontée des taux à la rentrée

Par L'Economiste | Edition N°:1835 Le 18/08/2004 | Partager

. Baisse de liquidités sur le marché et les besoins à court terme du Trésor . La baisse des rendements s'est accentuée durant la période estivale. Les BDT à court et moyen termes se sont délestés de près de 1% depuis début 2004Qu'est-ce qui effraie le plus un gérant obligataire? Une hausse surprise des taux après une période plus ou moins prolongée de repli. Une situation qui s'observe actuellement sur le marché obligataire. En baisse depuis le début d'année, les taux primaires des BDT (bons du Trésor) touchent des niveaux assez bas. Et “la tendance s'accélère durant la période estivale, qui connaît habituellement des rentrées massives de devises”, explique un trader desk obligataire au sein d'une banque d'affaires. En outre malgré une offre assez moyenne en volume d'environ 5 milliards de DH lors de la dernière adjudication, le Trésor n'en a retenu que 2,6 milliards, soit un taux de satisfaction de 53%.Ses besoins annoncés pour le mois d'août sont également très faibles, à peine 4,5 milliards de DH. Les résultats des adjudications depuis juin dernier montrent également que le Trésor concentre davantage son intérêt et ses offres sur les maturités à moyen et long termes. Son objectif affiché depuis le début d'année étant une augmentation graduelle de la duration de sa dette. Globalement, la baisse des rendements des maturités obligataires à court et moyen termes depuis le début d'année est de près de 1% (100 points de base). Le très long terme également s'est délesté de 160 points de base. Tandis que les niveaux de baisse des taux des BDT à 10 et 15 ans ont été moins accentués, respectivement de 35 et 34 points de base.Cette situation embarrasse plus d'un trader obligataire, du fait que les portefeuilles sous gestion recèlent une bonne partie des titres obligataires à faible rendement. Ce qu'ils redoutent ainsi le plus actuellement est une remontée surprise des taux dès la rentrée, notamment sur le court terme. “Un renversement de tendance qui pourrait être très mal vécu par le marché”, souligne un gestionnaire. Mais qui pourrait en effet profiter aux rendements de la petite épargne, dont la rémunération est indexée sur la moyenne des rendements des BDT à moyen terme (voir www.leconomiste.com). Pour les analystes de BMCE Capital “il est encore tôt pour anticiper un éventuel mouvement haussier des taux, car la situation du Budget de l'Etat et la surliquidité sur le marché, deux facteurs qui pourraient en être la cause, est pour l'instant inchangée”.Les anticipations haussières des opérateurs se fondent en fait sur plusieurs facteurs concomitants qui influencent la liquidité du marché et la situation des finances de l'Etat. Le fait d'abord que les rendements à moyen et long termes se soient stabilisés sur les trois dernières adjudications. Selon la livraison de BMCE Capital, “les niveaux assez bas touchés par le court terme et qui sont très proches des taux échangés sur le marché monétaire n'encouragent pas non plus les soumissionnaires à investir massivement sur ses maturités (seulement 7% du total de l'offre), ce qui a pour conséquence de freiner la baisse des maturités à moyen et long terme”.Cette tendance devrait en effet se consolider en raison de la crainte d'un assèchement de la liquidité du marché. Notamment en raison du faible solde de la réserve monétaire observé la semaine dernière sur le marché, et qui augure d'une baisse du niveau de liquidité chez les banques. La persistance de tensions sur le cash est amplifiée également par les retraits massifs effectués par les MRE auprès des banques. Ce qui pourrait augurer un resserrement des taux monétaires cette semaine. La tendance est observée depuis déjà deux semaines. En effet, l'abondance des liquidités sur le marché, quelque 18 milliards de DH depuis début août, n'empêche pas les taux monétaires d'enregistrer une légère reprise. La moyenne du TMP (taux moyen pondéré) interbancaire atteint près de 2,42% et celle des taux Repo environ 2,34% (taux des opérations de pension). Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc