×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Cafés-restaurants: Une reprise mitigée

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5774 Le 03/06/2020 | Partager
Les livraisons ont le vent en poupe pour certaines enseignes
D’autres peinent à s’adapter à la nouvelle donne
Le secteur ne réalisera pas cette année plus de 45% de son chiffre d’affaires

Des files d’attente interminables devant des enseignes de fast-food. McDonald’s, Burger king, Quick, Tacos de Lyon, Opanam... ou même le fameux snack Saâda ont été pris d’assaut par les Casablancais. La décision de réouverture partielle des cafés-restaurants (à emporter et livraison uniquement) avant le déconfinement n’a toutefois pas profité à tout le monde. Si certains restaurateurs se frottent les mains, d’autres se disent «pas prêts» pour la réouverture.

cafes-emporter-074.jpg

Plusieurs cafés se sont organisés pour le service à emporter, d’autres préfèrent attendre la fin du confinement pour ouvrir leurs portes.  De leur côté, certaines enseignes de fast-food ont été prises d’assaut par les Casablancais (Ph. Jarfi)

«La prestation “à emporter” est un métier à part entière avec toute une logistique que nous ne maîtrisons pas. Le principe n’est pas viable économiquement et les risques de contagion restent élevés dans cette activité en particulier», affirme Khalid Mouratib, membre dirigeant de l’Association des cafetiers et restaurateurs du Grand Casablanca. Les restaurateurs qui n’ont pas un service à emporter opérationnel préfèrent attendre la fin du confinement le 10 juin pour ouvrir leurs portes.

«Certains propriétaires jugent le chiffre d’affaires pas intéressant ou n’ont tout simplement pas la logistique nécessaire pour le service à emporter», explique pour sa part Mohamed Abdelfadl, coordinateur de la commission mixte des métiers de bouche relevant d’un groupement de fédérations et associations du secteur (traiteurs, boulangeries-pâtisseries, franchises, restaurants, cafés...).

Cette reprise progressive permettra, selon lui, de préparer les enseignes à un retour à la normale dans les semaines à venir, tout en respectant les règles de distanciation sociale. Les séquelles du confinement seront toutefois durables. «Cette année, le secteur est bien évidemment déficitaire, il ne dépassera pas 45% du chiffre d’affaires», pronostique Abdelfadl.

cafes-emporter-074.jpg

Pour faire face à la crise, les tenanciers de cafés/restaurants doivent faire preuve de flexibilité et de créativité afin d’adapter leur business aux aléas du marché. Les entreprises (comme Jumia Food ou Glovo) spécialisées dans le service de livraison de repas à domicile pourraient, à titre d’exemple, être mises à contribution pour développer les services de livraison à domicile.

En tout cas, la reprise ne peut se faire du jour au lendemain, elle est plutôt graduelle. Les locaux doivent être préparés et le personnel formé aux normes strictes d’hygiène. En vue de préserver la santé des clients et des employés et de contenir la propagation du coronavirus, les propriétaires de cafés et restaurants sont tenus de respecter strictement les règles préventives et sanitaires prévues par les autorités sanitaires.

Il s’agit notamment d’assurer la propreté des lieux et des outils de travail et veiller à une ventilation adéquate. Il faudra aussi fournir des gels hydroalcooliques et des masques de protection pour les employés (dont le nombre doit être réduit sur place). Sans oublier le respect des règles d’hygiène durant toutes les étapes de préparation et de livraison des repas et boissons ainsi que le suivi de l’état de santé des employés.

Par ailleurs, les fédérations de traiteurs et restaurateurs ne sont pas restées les bras croisés durant ces semaines de confinement. «Nous avons distribué 500.000 repas aux SDF, personnel soignant, agents de l’autorité sur le terrain et quelque 30.000 paniers de denrées de première nécessité au personnel des cafés/restaurants», précise Mohamed Abdelfadl.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc