×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Le mandarin séduit les étudiants marocains

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5532 Le 11/06/2019 | Partager
    Plus de 1.400 inscrits à l’Institut Confucius relevant de l’université de Rabat
    Contre seulement une soixantaine en 2009
    Deux licences d’études chinoises à Rabat et Casablanca

    A l’instar de plusieurs pays, le Maroc accueille de plus en plus d’opérateurs chinois. Le nombre de touristes de l’empire du Milieu, aussi, connaît un accroissement soutenu. Il est passé de 43.000 en 2016 à près de 200.000 en 2018. Accompagner cette dynamique nécessite la préparation de ressources humaines maîtrisant le mandarin.

    L’université Mohammed V de Rabat est précurseur dans ce domaine au Maroc, par le biais de l’Institut Confucius de la langue et la culture chinoises, inauguré en 2009 dans le cadre d’un partenariat avec l’université de Pékin pour les études internationales. Un aperçu du bilan des activités de cet institut a été présenté, la semaine dernière, lors d’une cérémonie de remise des prix d’excellence aux lauréats au titre de l’année 2018-2019.

    L’établissement relevant de l’université de Rabat est codirigé par deux directrices, l’une chinoise et l’autre marocaine, respectivement Li Ning et Karima Yatribi. «En plus de Rabat, notre institut dispose de deux centres, l’un à l’université d’Agadir et l’autre à celle de Kénitra», tient à préciser Yatribi, qui affiche une satisfaction des résultats obtenus. A ce titre, elle rappelle que le nombre des inscrits à l’institut, y compris les centres d’Agadir et de Kénitra, dépasse 1.400 personnes, contre seulement près d’une soixantaine lors du démarrage en 2009.

    «Actuellement, maîtriser des langues étrangères, notamment le chinois, constitue un atout pour décrocher un emploi au Maroc ou à l’étranger», avance une étudiante de l’ENCG de Kénitra, inscrite à l’Institut Confucius de Rabat. La coopération avec cet institut s’est renforcée davantage par l’ouverture en 2012 d’une filière de licence dédiée aux études chinoises à la faculté des lettres de Rabat. «Avec quatre promotions, le nombre total des lauréats de cette filière avoisine aujourd’hui une centaine de licenciés», indique Li Ning. Une deuxième filière a été créée par la suite au niveau de l’université de Casablanca.

    Pour le moment, le corps enseignant est composé de 14 professeurs chinois. Un effectif qui arrive difficilement à répondre aux besoins de l’Institut ainsi qu’à ceux des deux filières de licence. Parmi les 23 lauréats de l’établissement primés cette année, figurent deux étudiants qui poursuivront, à partir de septembre prochain, leurs études supérieures à l’université de Pékin, pour effectuer leur master et, par la suite, leur doctorat.

    «Ce qui permettra la préparation des premiers professeurs universitaires marocains spécialisés dans la langue chinoise», se réjouit Yatribi. En plus des étudiants, l’institut est ouvert au grand public attiré par l’apprentissage de la langue chinoise avec des tarifs abordables.

    Huawei multiplie ses partenariats universitaires

    La cérémonie de remise des prix a été marquée par la présence d’Alex Chu, directeur commercial de Huawei Maroc, qui a présenté un perçu des activités du groupe chinois, ainsi que les opportunités d’emploi offertes au Maroc. «Notre groupe a signé un accord de partenariat avec 6 universités marocaines, dans le cadre du programme international Huawei ICT Academy (HAINA)», rappelle pour sa part le management de l’entreprise. Il s’agit d’un programme qui «vise à faciliter l’employabilité des jeunes diplômés et à soutenir des projets nationaux structurants dans le secteur des TIC, en délivrant des certifications Huawei dans les technologies fondamentales et de pointe», est-il précisé.

    Noureddine EL AISSI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc