×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

VU: NBC s'empare de la filière divertissement

Par L'Economiste | Edition N°:1595 Le 05/09/2003 | Partager

. Cession des activités américaines de divertissement à General Electric. Création d'un nouveau géant des médias: NBC UniversalLe suspense n'est plus sur le repreneur des studios Universal de Vivendi Universal (VU). L'acquéreur n'est autre que la chaîne de télévisions NBC, filiale du groupe General Electric. VU a finalement choisi de céder une partie de ses activités américaines de divertissement au groupe américain General Electric plutôt qu'à Edgar Bronfman Jr, devenant ainsi l'actionnaire à 20% d'un nouveau géant des médias provisoirement baptisé «NBC Universal«.A l'issue de son conseil d'administration, VU a annoncé la signature d'un «accord de principe avec General Electric qui, au terme de négociations exclusives, devrait aboutir à la fusion de Vivendi Universal Entertainment (VUE) et de NBC«.Le montant estimé par VU des 86% qu'elle détient dans VUE est de 14 milliards d'euros. Outre 20% du futur groupe fusionné NBC Universal (les 80% restants revenant à GE) et trois sièges au Conseil d'administration, VU devrait recevoir environ 3,25 milliards de dollars en liquide et bénéficier de 1,6 milliard de transfert de dette. VU s'est engagé à rester actionnaire jusqu'en 2006, après quoi il aura des options de sortie par étapes.Jean-René Fourtou, président général du groupe, a préféré GE à Edgar Bronfman Jr, qui offrait plus de liquidités.La nouvelle entité regroupera notamment la télévision nationale américaine NBC, les chaînes câblées CNBC, MSNBC et USA Network, le studio de production de films Universal Pictures et le producteur et distributeur de programmes pour la télévision Universal Television. Parmi les synergies espérées, figurent l'exploitation du catalogue de films et programmes TV d'Universal sur le réseau NBC, la vente de contenus Universal sur la chaîne ShopNBC ou la couverture par NBC d'événements sur les parcs de loisirs. L'ensemble représentera un chiffre d'affaires annuel de 13 milliards de dollars. Selon VU, il s'agira du major des médias aux Etats-Unis ayant la plus forte marge opérationnelle.. Une «bonne année» pour TotalLes deux groupes entendent régler «au plus vite« les détails en suspens, de telle sorte que l'accord définitif soit signé fin septembre. Au terme de l'opération, VU indique qu'il aura réalisé son programme de cessions d'actifs portant sur 16 milliards d'euros d'ici à fin 2004. A cette date, le PDG a estimé que la dette serait inférieure à 5 milliards d'euros (contre 13,5 milliards au 30 juin).Le groupe pétrolier français Total table pour 2003 sur «une bonne année«.«Nous avons eu un très bon premier semestre. Sur juillet-août, nous connaissons notre environnement, nous continuons à avoir des productions qui se tiennent bien«, explique son PDG Thierry Desmarest.Le groupe avait indiqué début août avoir dégagé au deuxième trimestre 2003 un bénéfice net part du groupe de 1,605 milliard d'euros, en hausse de 7% par rapport à la même période de l'an dernier.Il a renouvelé sa prévision d'une croissance de sa production de 5% par an jusqu'en 2007. A l'issue de cette période, le groupe espère avoir atteint «un très bon positionnement sur toutes les grandes zones pétrolières«, notamment en Afrique et en Europe.Total espère voir sa production augmenter de 50% en Afrique entre 2002 et 2007: cette croissance repose essentiellement sur des sites au Nigeria et en Angola, mais aussi dans cinq autres pays.Il mise aussi sur la forte croissance attendue dans le secteur du gaz naturel liquéfié (GNL). Ce marché croît actuellement de 6-7% par an, contre seulement 1,5% pour le pétrole: Total entend en conséquence augmenter des deux-tiers sa production de GNL d'ici à 2007. Certaines activités dans la chimie demeurent difficiles, reconnaît le groupe. Total a ainsi confirmé son programme de cession de 500 millions d'euros par an en moyenne. A l'horizon 2005, la réorganisation du pôle chimie devrait permettre une amélioration à hauteur de 250 millions d'euros du résultat opérationnel. Le groupe va en outre continuer à investir environ 9 milliards d'euros par an, pour les deux-tiers dans l'exploration/production.Le groupe dispose, en outre, d'une participation évaluée à 9 milliards dans Sanofi-Synthélabo. La question d'une rupture du pacte d'actionnaires qui lie le groupe à l'Oréal jusqu'à fin 2004 ne se pose pas et Total est «très heureux« de sa participation de 24,4% du capital.(Avec AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc