×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Vaccination de rappel généralisée du cheptel équin

    Par L'Economiste | Edition N°:27 Le 30/04/1992 | Partager

    Pendant deux mois, une campagne de vaccination contre la peste équine touchera plus de deux millions de bêtes. Les objectifs et les moyens de cette opération.

    Une campagne de vaccination de rappel généralisée de tout le cheptel équin national a débuté le 27 Avril et se poursuivra jusqu'au mois de Juin. Elle vise les équidés qui auraient échappé aux campagnes de vaccinations antérieures et à leur marquage à l'azote liquide. L' immunisation des jeunes bêtes en âge d'être vaccinées et un rappel pour les animaux vaccinés en 1991. Cette campagne menée à l'échelle nationale sera toutefois renforcée dans les provinces du Nord et dans les provinces frontalières à l'Algérie. Elle nécessitera environ 2.500.000 doses de vaccin monovalent de type 4. Le coût d'une telle campagne nationale s'élève à environ 26 millions de Dirhams. Toutefois ce coût est nettement inférieur à ce qu'aurait pu coûter une campagne nationale dans les années précédentes. "Une campagne généralisée sur l'ensemble du territoire national aurait coûté 300 millions de DH en 1989", nous dit-on à la division de la santé animale au Ministère de l'Agriculture. Cette réduction des coûts est attribuée au fait que le vaccin utilisé n'est plus importé et a été mis au point localement. En effet un vaccin importé coûte 28 DH la dose, le coût d'intervention total par animal s'élève alors à 125 DH. Par contre le vaccin produit localement coûte 8DH la dose portant le coût d'intervention par animal à 12DH.

    Vulgarisation

    "Les conditions de réussite de cette campagne restent tributaires d'une participation massive des éleveurs afin d'éviter la réapparition de la maladie dans l'avenir". Des séances de vulgarisation traitant notamment des aspects cliniques de la maladie et des conséquences économiques sur le cheptel équin ont été organisées au profit des éleveurs avant le lancement des opérations de vaccination.

    Au total 300 participants nationaux et internationaux avaient pris part à cette journée durant laquelle plusieurs sujets traitant des aspects cliniques de la maladie et des données épidémiologiques de la peste équine dans les pays de la région méditerranéenne ont été exposés . Outre le but d'assurer un taux de couverture vaccinale de l'ordre de 100%, les recommandations préconisent à poursuivre le système d'identification des animaux vaccinés, à veiller à garantir toutes les normes d'utilisation du vaccin, à lancer avant le début des opérations une large campagne de sensibi-lisation sur tout le pays, et enfin à promouvoir une épidémiosur-veillance particulièrement renforcée dans les provinces du Nord et de l'Oriental du pays en collaboration avec les services vétérinaires des pays limitrophes.

    Le Maroc connut des épizooties de peste équine en 1989-1990 et 1991. 1.244 équidés ont été atteints de peste équine depuis 1989 principalement dans le Nord du Maroc en 1989 et 1990, et dans l'Oriental et au Sud en 1991. Durant ces trois années 206 mortalités ont été dénombrées. 1.365 équidés malades et contaminés ont été abattus dans le cadre de la prophylaxie sanitaire, et leurs propriétaires (1.222 éleveurs) ont été indeminsés.

    Comité de vigilance

    Depuis la déclaration officielle de la peste équine en Espagne en 1987, un ensemble de mesures ont été prises au Maroc. Il s'agit notamment de l'instauration d'un comité de vigilance à l'échelle centrale et un autre à l'échelon local dans le Nord du pays. Parallèlement des laboratoires régionaux d'analyses et de recherches vétérinaires ont été mis à la disposition des responsables. Des mesures légales de police sanitaire (dépistage, abattage, indemni-sation) ont été appliquées. D'autre part des campagnes de désinsecti-sation par voie aérienne ont permis de traiter environ 70.000 hectares en 1989 et 1990. Enfin il est à noter que des mesures d'identification des animaux permettant d'éviter la confusion entre les animaux vaccinés et ceux non vaccinés ont accompagné les campagnes de vaccination. Cette identification a été réalisée par marquage à l'aide d'azote liquide au niveau de l'encolure gauche des animaux vaccinés en portant des marques en forme de "V". La peste équine est exclusivement une maladie des équidés qui sont estimés à plus de deux millions de têtes au Maroc. Les chevaux sont beaucoup plus sensibles que les mulets et les ânes. L'infection est transmise par les piqûres des moustiques. La maladie n'est pas transmise par contact direct entre les animaux. La diffusion de la peste équine pouvant atteindre de grandes distances est due à l'introduction d'équidés malades dans une zone sur laquelle vont se contaminer les moustiques vecteurs et transmettre la maladie à un animal sain.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc