×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Maroc-Portugal: des opportunités à saisir à la veille du marché unique

    Par L'Economiste | Edition N°:27 Le 30/04/1992 | Partager

    Une mission commerciale organisée par le CMPE se rendra en Juin au Portugal pour prospecter les possibilités commerciales de partenariat et de sous-traitance. L'occasion pour consolider les relations avec un pays qui connaît de grandes mutations suite à son adhésion dans la communauté européenne.

    Une mission commerciale multisectorielle, comprenant deux volets, sera organisée par le CMPE durant le mois de Juin à Lisbonne et Porto au Portugal.
    Le premier volet de cette mission conserve le partenariat et la sous-traitance dans les secteurs de l'agro-alimentaire (pêche, conserves végétales et animales ...), les IMME, le cuir (chaussure et accessoires, les vêtements ), le textile (bonneterie, filature, confection ...), secteurs divers (bois, céramique, froid ...), les services( banque, tourisme, engineering, transport, trading, assurance ...).
    La mission comprendra un second volet commercial pour les produits de l'agro-alimentaire (poisson frais et congelés, agrumes primeurs ), la confection (textile et cuir ...).
    A l'instar du marché espagnol, le Portugal présente autant d'atouts et d'avantages, de par sa proximité du Maroc, pour des projets de partenariat et de sous-traitance dans des secteurs tels que la pêche, le T.I.R., l'industrie du froid, du textile, la céramique, le tourisme, la chaussure, bonneterie, secteurs forts de l'industrie portugaise.
    Actuellement, la tendance est à la délocalisation et les entreprises étrangères sont à la recherche d'opportunités.
    Dans ce cadre, les atouts du Maroc sont sa situation géographique, les mesures incitatives à l'investissement et aux exportations, les facteurs de production, la main-d'oeuvre.
    Aujourd'hui, le Portugal connaît une croissance soutenue. Une série de concours financiers dopent le développement, notamment les aides communautaires et les investissements étrangers.

    Investissements dopés

    Concernant les aides communautaires, de 1986 à 1990, les fonds injectés dans le pays se sont élevés à 696 milliards d'Escu-dos. L'investissement direct étranger connaît une évolution très favorable depuis 1986. De 24,5 milliards d'Escudos en 1986, il est passé à 508,9 milliards en 1990, d'après l'Institut du Commerce Extérieur du Portugal (ICEP). Image frappante: les investissements effectués pendant la seule année 1990 sont une fois et demie supérieurs à ceux réalisés durant les neuf années précédentes! A première vue, le Portugal présente un bilan plutôt appréciable. Tous les analystes en conviennent, ce petit marché d'une dizaine de millions d'habitants a su maximiser les avantages de l'intégration pour doper son économie. L'ouverture économique internationale du Portugal débute réellement avec son adhésion à l'Association Economique de Libre-Echange (AELE) en 1959, et elle prend une dimension nouvelle après l'entrée dans la communauté européenne en 1986. Le Portugal est un pays de P.M.E. qui sont au nombre de 855.851 réalisant un chiffre d'affaires de 16.000 milliards d'Escudos et employant près de 2,5 millions de personnes. Ainsi, le chiffre d'affaires moyen de ces entreprises est de seulement 18,8 millions d'Escudos, pour un effectif salarié de 2,8 personnes. Selon les statistiques de l'"Instituto Nacional de Estatistica", sur les 20 districts que compte le pays, Lisbonne est en tête à la fois par le nombre d'entreprises (201.227), par le chiffre d'affaires (7.561,7 milliards d'Escudos) et par le nombre d'employés (832.691 personnes). Porto vient en deuxième position: 127.581 entreprises, 2.855,5 milliards d'Escudos de chiffre d'affaires, et 512.927 employés.

    Mutation économique

    En tout cas, partout émergent des signes tangibles de l'irrémédiable mutation du Portugal. Son ouverture vers le marché extérieur se résume par des projets de partenariat, de sous-traitance et de délocalisation, comme l'atteste la récente implantation de certaines entreprises portugaises en Espagne.
    Par ailleurs, il est également très difficile de parler de l'économie portugaise sans évoquer le grand groupe Espirito Santo, qui après avoir été nationalisé en 1975, entame depuis 1985 une véritable reconquête du marché portugais. Il profite notamment du mouvement de privatisations pour reprendre des positions clés. Le groupe Espirito Santo est aujourd'hui une nouvelle entité structurée autour de trois activités principales: finances, immobilier-tourisme et industrie.
    La principale compagnie du groupe, Espirito Santo Financial Holding (ESFH), qui a dégagé en 1990 un résultat net de 25,5 millions de Dollars, a tout récemment racheté une banque espagnole, El Banco Industrial del Mediterraneo.
    Ainsi, les diverses missions commerciales organisées se tiennent dans un laps de temps très important dans l'histoire du changement qui s'opère à l'échelle internationale.

    A la veille du Grand Marché, la tendance actuelle est à la déloca-lisation, les "nouveaux pays" (tels que l'Espagne, le Portugal) sont à la recherche d'opportunités et l'approche professionnelle permettra de conditionner un certain nombre de décisions. Pour cela, les professionnels marocains doivent être prêts à répondre en terme de qualité, de prix, de coûts de facteurs.

    M. O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc