×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    JO de Barcelone: diverses ressources permettront aux Jeux de s'autofinancer

    Par L'Economiste | Edition N°:27 Le 30/04/1992 | Partager

    Le comité organisateur des Jeux Olympiques de Barcelone a demandé récemment au gouvernement espagnol une aide financière de 20 milliards de Pesetas afin de financer le surcoût paru dans les travaux olympiques. Pourtant l'autofinancement sera la règle de base de l'organisation financière du comité organisateur olympique de Barcelone (COOB). En effet les recettes proviendront essentiellement des droits de télévision (33,60%), des émissions de timbres, médailles, monnaies commémoratives, et les loteries (20,32%) et enfin de la commercia-lisation de ses symboles corporatifs. Dans les milieux espagnols tout laisse à croire que les jeux ne seraient pas déficitaires, qu'ils s'autofinan-ceront et que l'équilibre recettes/dépenses serait réalisé. Le budget alloué aux olympiades de 1992, révisé annuellement s'élève en 1991 à 136.881 millions de Pesetas au titre des dépenses, et à 137.195 millions au titre des recettes.
    Les droits de télévision constitueront la plus grande partie des recettes. La chaîne américaine NBC vient en première position devant Chanel 7 (Australie) et CTV (Canada), quant au paiement des droits de télévision avec 401 millions de Dollars soit 32,7% de plus que les J.O de Séoul. Channel 7 déboursera 33,75 millions de Dollars (+382% que les droits de TV des J.O. de Séoul). Quant aux pays arabes, ils sont parvenus à un accord pour la retransmission de ces jeux pour un montant d'un demi million de Dollars.

    Le "membre collaborateur", le patronage, les fournisseurs, les licences et le matériel sportif officiel constituent les grands points du plan de marketing adopté par les organisateurs des J.O. 1992. Les membres collaborateurs sont les entreprises dont la collaboration pour les jeux est considérée comme essentielle. Ils interviennent par un apport minimum de 2.500 millions de Pesetas.
    Ils sont 9 au total dont IBM, Seat, Alcatel, El Corte Ingles et Philips. Le patronage concerne les entreprises qui désirent utiliser l'image des jeux dans leur stratégie de communication.
    Leur apport minimum est de 600 millions de Pesetas. Ils sont au nombre de 25 (Coca-Cola, Kodak, Mars, Cola Cao, Renfe ...). Les fournisseurs sont les entreprises dont l'apport est sous forme de biens et services nécessaires à l'organisation des jeux chacune d'une valeur de 150 millions de Pesetas. Au total ils sont 23 dont Apple Computer, Ericsson et Sony. Les entreprises désirant utiliser les sigles et logo de Barcelone 92 dans leurs produits peuvent obtenir des licences auprès du COOB'92. Près de 58 licences ont été accordées à 55 entreprises notamment dans les secteurs des jouets, papeterie, gadgets et autres. Enfin les entreprises fabriquant du matériel sportif homologué par les diverses fédérations et nécessaire au déroulement des Jeux Olympiques sont considérées comme collaborateurs de ces olympiades par apport de leur produit (Adidas, Mikasa ...)

    Ainsi au total et jusqu'à présent, 138 entreprises collaboreront aux olympiades de Barcelone, dont 28% sont espagnoles, 28% américaines, 24% européennes et 20% japon-naises.
    Par ailleurs et pour la première fois dans l'histoire des Jeux Olympiques, l'assurance couvrira tous les spectateurs. Les organisateurs ont signé un contrat avec Union Y El Fénix Espanol portant sur cinq polices d'assurances, permettant de couvrir un ensemble de possibilités excépté la guerre et la catastrophe nucléaire.
    Barcelone se transforme, se modernise et s'apprête à accueillir les Jeux Olympiques. Parallèlement aux oeuvres en matière d'infrastructure sportive la capitale de la Catalogne enregistre d'autres réalisations notamment dans les télécommunications, les autoroutes, doubles voies, transport, hôtels et aéroports.
    Selon les derniers chiffres disponibles, l'investissement global s'élève à plus de 700.000 millions de Pesetas. Le secteur public intervient pour 57,53% de l'investissement total contre 42,47% pour le secteur privé. Les diverses infrastructures nécessitent la plus grande part des investissements, environ 26,88% de l'investissement total.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc