×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Agrimaroc 92: Un quart des surfaces cultivées pourrait être amélioré par l'épierrage

    Par L'Economiste | Edition N°:27 Le 30/04/1992 | Partager

    Agrimaroc 92 a été l'occasion de faire le point sur un certain nombre de produits et de techniques. L'épierrage qui a bénéficié de dons japonais permettra d'améliorer un quart de la superficie cultivable.

    Les aménagements fonciers en agriculture" a été le thème d'une conférence, tenue en marge du deuxième salon international d'agriculture Agrimaroc 92, et animée par M. Mohammed Wakrim chef de service projets-aménagements au Ministère de l'Agriculture et de la Réforme Agraire.
    Les aménagements fonciers en agriculture visent à corriger les contraintes et anomalies que peut présenter un sol. Ils regroupent donc un ensemble d'opérations ayant pour objet l'amélioration de la fertilité et de la productivité des sols. Les contraintes du sol sont de plusieurs types dont la pierrosité.

    Les réalisations en matière d'épierrage sont très faibles par rapport à l'espace pierreux au Maroc. C'est ainsi qu'une enquête a été lancée en Janvier 1986. Elle a duré deux ans et porté sur les principales régions du pays. Elle a permis de décrire la nature de la pierrosité (faible, moyenne, forte) ainsi qu'un certain nombre de ses caractéristiques (description, dimension, profondeur). Les pierres considérées comme gênantes pour la mise en valeur agricole des terres et recensées sont celles ayant une dimension supérieure ou égale à 9cm.

    Les techniques d'identification sont nombreuses et coûteuses. La cartographie thématique confiée à des entreprises spécialisées est également onéreuse et nécessite beaucoup de temps. La carte et le rapport pédologique ont montré une insuffisance des études réalisées jusqu'à ce jour. Par contre la télédétection dont la mise au point est en cours demeure très prometteuse. Enfin les enquêtes et prospections basées sur la vulgarisation et les connaissances personnelles furent les moyens utilisés par l'administration. L'enquête a donné un certain nombre de résultats. Un peu plus de 2 millions d'hectares de terres soit presque le quart de la superficie cultivée souffrent de cette contrainte de pierrosité. Plus exactement le potentiel des terres à épierrer représente une superficie totale de 2 millions de ha et 402 communes rurales concernées. Cela veut dire que ces terres sont largement sous-exploitées. L'enquête a permis d'obtenir un certain nombre de données dont une ventilation de la superficie par classe de pierrosité et par statut foncier. Elle a permis d'étudier les gains et utilités qui peuvent être tirés de ces terres pierreuses, et l'impact de l'opération d'épierrage sur l'évolution des rendements des cultures. Les opérations d'épierrage regroupent une série de travaux (défoncement, éclatement, fragmen-tation, ramassage ...). L'épierrage peut être manuel de surface, semi-mécanique ou totalement mécanique (défoncement + évacuation). L'enquête a permis ainsi de définir les catégories d'épierrage à préconiser ainsi que les superficies des terres correspondantes (au type d'épierrage nécessaire). Le coût de l'opération est estimé à environ 4.250 DH/ha (voir encadré).

    Le total du programme engagé pour l'année 1992 est de 36.100 ha. Le Maroc a reçu du Japon des dons permettant de financer les programmes et travaux d'épierrage pour une superficie totale de 22.000 hectares, dont 11.200 sont déjà réalisés. Les travaux de défoncement et épierrage coûtent très cher. L'agriculteur ne pouvait prendre en charge de telles opérations, l'Etat a pris en charge les opérations de déforcement en attribuant des subventions en nature. En outre il fallait initier ces opérations dans des zones favorables.

    Deux principaux critères ont été retenus pour le choix des zones, le climat favorable et la rentabilité économique. Les premières opérations ont démarré dans les zones côtières (El Jadida) et ont concerné un total de plus de 7.000 hectares.
    Les résultats obtenus des travaux réalisés montrent l'importance de l'opération. En premier lieu, il est à noter la diversification des cultures et l'augmentation spectaculaire des rendements notamment par l'amélioration de la qualité des sols. En deuxième lieu l'opération a été la source de déclenchement d'autres investissements (puits creusés, abris-serres installés). En troisième lieu ce programme des aménagements fonciers s'est avéré générateur d'emploi avec une moyenne de 200 journées de travail par hectare.

    Par ailleurs l'adhésion massive des agriculteurs dans toutes les régions agricoles à l'opération s'est avérée un acquis très important.
    Concernant les perspectives à court et moyen termes, les interventions de l'administration viseront la multiplication des programmes des aménagements fonciers et la diversification de ses actions. Il est question notamment de diversifier les types d'épierrage par l'introduction de nouveaux matériels coûtant relativement moins cher tel le râteau épierreux, le scarificateur, le concasseur des pierres et l'andaineuse. Par ailleurs il s'agit d'engager de nouvelles actions d'aménagements fonciers tels les travaux de lutte contre l'érosion des terres et leurs pertes de fertilité.

    Nabil CHAKOR

    Exemple d'un Projet d'aménagement d'une superficie de 30.000 ha

    Zone caractérisée par:
    - pluviométrie annuelle moyenne autour de 350 mm.
    - possibilité d'utilisation des eaux souterraines pour l'irrigation.
    1) Gain en production (en équivalent céréales)
    · Terrain cultivé avant épierrage:
    60% * (18qx - 8qx) = 6qx.
    · Terrain non cultivé avant épierrage (parcours):
    20% * (18qx - 3qx) = 3qx.
    · Terrain irrigué après épierrage:
    20% * (30qx - 8qx) = 4,4qx.
    Total : (6qx + 3qx + 4,4qx) * 30.000 ha = 402.000 qx.
    402.000qx + 240 DH/Qx = 96.480.000 DH = 10 milliards de centimes.
    2) Nombre d'agriculteurs bénéficiaires:
    A raison de 3 ha par agriculteur (expériences précédentes):
    Soit 10.000 Agriculteurs bénéficiaires qui profiteront de:
    * l'augmentation de la productivité de leurs terres.
    * l'amélioration de leur revenu agricole.
    3) Emplois générés pas les travaux de ramassage-évacuation:
    200 J/ha * 30.000 ha = 6 millions de journées de travail.
    4) Travail par les entreprises spécialisées dans les aménagements fonciers:
    3 ha/J/engin --> 10.000 journées de travail pour engins de défoncement.
    5) Crédits C.N.C.A: 15 milliards à raison de 5.000 DH/ha.
    5.000 DH/ha * 30.000 ha = 15 milliards de centimes.
    6) Autres investissements déclenchés par l'épierrage:
    A El Jadida, au bout de 2 ans:
    * puits creusés : 100 puits.
    * Abris-serres installées : 91 Ha.
    7) Promotion de l'emploi: par l'intensification de la mise en valeur agricole.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc