×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Université: Les enseignants obtiennent gain de cause

Par L'Economiste | Edition N°:1595 Le 05/09/2003 | Partager

. Le coût de la revalorisation des indemnités est estimé à 850 millions de DH . 13.000 enseignants-chercheurs sont concernés Le dossier des indemnités des enseignants-chercheurs vient de sortir de l'impasse. Le Conseil de Gouvernement, réuni jeudi, s'est attelé sur le rôle important que jouent les enseignants-chercheurs dans la mise en place des jalons de l'université de demain. La veille du Conseil, un accord de principe a été trouvé entre le gouvernement et le Syndicat national de l'enseignement supérieur (Snesup).Après une série de réunions entre les ministères de l'Enseignement supérieur, des Finances et de la Modernisation des secteurs publics et le Snesup, un compromis a été trouvé. Les clauses de l'accord consistent à verser aux enseignants des indémmnités en trois tranches. La première devait prendre effet à partir de juillet dernier et la dernière en juillet 2005.L'augmentation des salaires des enseignants se fera selon les échelons. Ainsi, une fourchette variant entre 2.500 et 5.000 DH est fixée. Les augmentations varient selon qu'il s'agit de professeurs assistants de l'enseignement supérieur, professeurs habilités et professeurs de l'enseignement supérieur.Le ministère des Finances a accepté de budgétiser les 850 millions de DH nécessaires à l'indemnisation des 13.000 enseignants-chercheurs que comptent les universités du Royaume. Le département de Oualalou a donné son feu vert au calendier des versements des indémnités.Quant à la promotion interne, celle-ci sera activée selon le mérite. Ainsi, une promotion rapide sera prévue pour les enseignants actifs et ce, en dépit des procédures d'ancienneté qui sont actuellement en vigueur. A titre d'exemple, un enseignant qui prépare des travaux de recherche, encadre des étudiants sera mieux loti qu'un autre et passera à l'échelon supérieur en une échéance rapide que celle prévue.A noter que des enchères ayant accompagné ce dossier, notamment avec l'approche de la rentrée universitaire étaient nombreuses. La rentrée sera marquée par la mise en place des premiers jalons de la réforme de l'université, système de filières, modules, passerelle entre établissements…Driss Jettou est conscient de la nécessité de l'amélioration des conditions des enseignants-chercheurs. Il a manifesté cela lors de la réunion du mercredi dernier à la Primature avec des principaux concérnés par le dossier.Objectif: mettre les dernières retouches à l'accord de la révision du régime indemnitaire des enseignants-chercheurs. «C'est un accord qui mettra fin à des années de discrimination dans les statuts et accordera l'égalité dans le traitement au lieu de la démotivation et l'injustice des enseignants par rapport à d'autres corps de l'Etat qui leur sont similaires, notamment les médecins spécialistes, a indiqué un membre du syndicat.Avec la résolution du problème des indemnités, la réforme de l'université peut prendre son droit chemin. Et l'implication des professeurs pour la réussite de la réforme doit être général.Pour sa part, un membre du comité administratif du Snesup a souligné que les enseignants-chercheurs ont pour principale revendication l'alignement de leurs indemnités sur celles des autres cadres supérieurs de la fonction publique.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc