×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Sida: Le financement toujours insuffisant

Par L'Economiste | Edition N°:1806 Le 07/07/2004 | Partager

. L’Afrique du Nord, une région à haut risqueSelon le dernier rapport de l’ONU, les dépenses mondiales sur le sida ont été multipliées par 15. Elles sont passées de 300 millions de dollars en 1996 à un peu moins de 5 milliards de dollars en 2003. Ce total couvre moins de la moitié des besoins estimés pour 2005 dans les pays en développement. En effet, ce sont quelque 12 milliards de dollars qui seront nécessaires d’ici 2005, et 20 milliards de dollars d’ici 2007 pour la prévention et la prise en charge dans les pays à faible et moyen revenus. Ces 20 milliards de dollars permettraient de fournir des antirétroviraux à un peu plus de 6 millions de personnes, d’aider 22 millions d’orphelins et d’offrir des tests volontaires à 100 millions d’adultes. Environ, 43% de ces ressources seront nécessaires en Afrique subsaharienne, 28% en Asie, 17% en Amérique latine et aux Caraïbes, 9% en Europe orientale et 1% en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Deux régions restent à haut risque. Il s’agit du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, où la prévention reste insuffisante. Quelque 480.000 personnes (de 200.000 à 1,4 million, selon les estimations) vivent avec le virus du sida (VIH), dont 75.000 ont contracté l’infection en 2003. La même année, le sida a tué quelque 24.000 personnes dans cette région où des mesures simples de prévention, comme la promotion du préservatif, sont pratiquement inexistantes et où la condamnation des rapports sexuels entre hommes empêche de prendre en compte ce risque de contamination. Ensuite, c’est en Asie où l’épidémie s’étend rapidement comme le prouve la brusque augmentation des infections en Chine, en Indonésie et au Vietnam. 7,4 millions de personnes contaminées vivent dans la région et 1,1 million y ont été nouvellement infectées l’an dernier, soit davantage que les années précédentes. La Chine, pour sa part, reconnaît enfin l’existence du problème du sida mais beaucoup reste à faire dans le pays le plus peuplé au monde. Selon les estimations officielles, la Chine compte aujourd’hui 840.000 séropositifs, dont environ 80.000 ont développé le sida. Mais seuls un peu plus de 60.000 séropositifs ont été précisément recensés par le gouvernement et la très grande majorité des personnes contaminées s’ignorent. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc