×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Proche-Orient: Israël refuse de se dénucléariser

Par L'Economiste | Edition N°:1806 Le 07/07/2004 | Partager

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, entame mardi soir une visite en Israël pour plaider en faveur d’un Proche-Orient dénucléarisé. Mais Israël, le seul pays de la région censé détenir l’arme atomique, a d’ores et déjà fait savoir qu’il maintiendrait l’ambiguïté sur ses capacités.D’après les experts, ElBaradei, qui entame mercredi ses entretiens avec ses interlocuteurs israéliens, n’a pratiquement aucune chance de réussir à convaincre les autorités israéliennes de lever le secret sur la puissance nucléaire présumée de l’Etat hébreu. Le Premier ministre Ariel Sharon a en effet indiqué à quelques heures de l’arrivée d’ElBaradei que son pays maintiendrait sa politique d’ambiguïté en vigueur de longue date concernant ses capacités nucléaires. Israël, dont l’arsenal est estimé à quelque 200 ogives nucléaires, ne veut pas non plus signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), qui autorise l’agence de sûreté nucléaire des Nations unies à inspecter les programmes nucléaires dans le monde. La semaine dernière à Moscou, ElBaradei avait déclaré qu’Israël devrait faire la lumière sur ses activités nucléaires et commencer à oeuvrer pour un Proche-Orient dénucléarisé. En fin de semaine dernière, un porte-parole de l’AIEA, Mark Gwozdecky, avait confirmé que cette question serait au centre des entretiens d’ElBaradei avec des responsables du programme nucléaire israélien et des membres du gouvernement Sharon. Mais selon l’expert israélien Gerald Steinberg, du Centre de Jérusalem pour les affaires publiques, ElBaradei a peu de chances d’obtenir des concessions.En septembre 2003, l’Assemblée générale de l’AIEA a rejeté une motion des pays arabes qui aurait condamné Israël pour son refus de signer le TNP. Les 137 pays membres de l’Agence étaient seulement convenus, par consensus, d’établir une “zone dénucléarisée” au Proche-Orient, mais sans faire mention de l’Etat juif.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc