×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Shell s'enfonce davantage

Par L'Economiste | Edition N°:1731 Le 23/03/2004 | Partager

Une nouvelle fois, le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell se trouve sur la sellette après la deuxième révision à la baisse de ses réserves prouvées. Conséquence: les nouveaux dirigeants ont du mal à rétablir des relations de confiance avec les investisseurs. En effet, le géant pétrolier a de nouveau déçu le marché dernièrement, en réduisant encore de 500 millions de barils le montant de ses réserves prouvées, deux mois après avoir avoué qu'elles étaient surévaluées de 4 milliards de barils.Par ailleurs, Shell, qui fait l'objet d'enquêtes de plusieurs autorités de régulation financière, a aussi repoussé à fin mai la publication de son rapport annuel, dans lequel il devait justement faire le point sur ses réserves.En outre, il a reporté à fin juin l'assemblée générale annuelle de ses actionnaires, qui était prévue le 23 avril.Le nouveau président du groupe, le Néerlandais Jeroen van der Veer, a reconnu au cours d'une conférence de presse que les dernières semaines avaient été “difficiles pour la direction de Shell et décevantes pour les investisseurs”. Pour sa part, Malcolm Brinded, nouveau patron de la division Exploration et Production, a avoué que cette révision était “décevante et embarrassante”.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc