×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Salafia Jihadia: Le procès des 31 reprend aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:1552 Le 02/07/2003 | Partager

. C'est le groupe de Zakaria Miloudi, Youssef Fikri et les autres. Lundi prochain sera déféré un second groupe de 5 personnesLa Chambre criminelle de la Cour d'appel de Casablanca reprend aujourd'hui, mercredi 2 juillet, ses audiences consacrées au jugement des présumés activistes de la Salafia Jihadia. Ce mouvement intégriste, dont l'enquête préliminaire dévoile chaque jour l'étendue nationale du réseau, sera présenté devant la Justice en plusieurs vagues. Ainsi, la Chambre criminelle connaîtra du dossier des 31, en référence au nombre de personnes accablées, selon le parquet et le juge d'instruction, de constitution de bande criminelle, meurtre avec préméditation, mutilation et dissimulation de corps… (l'accusation comprend 15 chefs d'inculpation). L'audience d'aujourd'hui fait suite à celle du 25 juin dernier durant laquelle la défense avait demandé un report pour se donner le temps de consulter le dossier. Le lundi prochain, un second groupe de cinq personnes sera déféré devant la même chambre et pour les mêmes actes. De sources judiciaires, près de quatre procédures sont menées en parallèle dans l'affaire de la Salafia Jihadia. Pour des raisons de délai, une fois l'enquête préliminaire et l'instruction terminées, chacune d'entre elles devrait déboucher sur un procès séparé bien que les faits reprochés et l'accusation soient les mêmes. En effet, la genèse judiciaire de la Salafia Jihadia remonte à l'été 1999. Une série d'actes criminels, kidnapping, vols et séquestration se sont multipliés durant l'été sans que la piste intégriste soit évoquée. Ce n'est que le 12 juillet que le lien sera fait. A Tanger, le kidnapping avorté d'un taximan, Mohamed Saïd Mazkiti Al Achkar, met les enquêteurs sur la piste de trois personnes, rapidement identifiées comme Youssef Fikri, l'émir du sang célèbre pour son éloge, durant son incarcération, du «Jihad« (entendez les actes criminels de ses troupes), et deux de ses disciples. Ces premières interpellations permettront de mettre la main sur la première «bande criminelle«. Après quelques auditions, la sémantique des enquêteurs changera. La bande criminelle a laissé sa place «à un réseau criminel extrêmement organisé et coordonné, réparti en cellules et branches dans différentes villes du Maroc et dont les membres ont des rôles différents et complémentaires dans le but de commettre des actes de destruction«. Ainsi, un rapport de la police, en date du 31 juillet 2002, évoque pour la première fois la piste intégriste. Plus tard, on apprendra que les services secrets n'avaient cessé de mettre en garde contre la montée du wahhabisme, la daâwa venue d'Arabie saoudite et dont la Salafia Jihadia n'est qu'une branche.


Promotion

Durant l'enquête, le groupe de Youssef Fikri a «reconnu«, selon la version judiciaire, une trentaine de crimes et délits mais le «pire est à venir«, mettait en garde Younes Jamali, le patron de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ). Le 31 juillet 2002, il écrivait dans un rapport: «Les actes criminels commis par la Salafia Jihadia ne sont, et c'est le plus dangereux, qu'une phase préparatoire d'actes de plus grande envergure. Preuve en est l'entraînement de ses disciples à la fabrication et au maniement d'armes dans le but de les utiliser dans des opérations de déstabilisation du pays«. Pour la petite histoire, Jamali a été promu après les attentats du 16 mai au poste de chef de la police judiciaire à la direction générale de la Sûreté nationale. Adil HMAITY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc