×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie

Quatre millions de touristes à fin juin

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. + 10% en nuitées et 13% en arrivées . Ouarzazate meurt à petit feu POUR le premier semestre de l’année, le nombre de nuitées réalisées dans les établissements classés a augmenté de 10% tandis que le nombre d’entrées de touristes aux postes frontières a enregistré une hausse de 13% atteignant 4 millions de touristes. C’est ce qui ressort des chiffres du tourisme pour les six premiers mois de l’année. La croissance des nuitées est de 3 points en dessous de la progression des flux touristiques. Ce phénomène s’explique par l’émergence de nouvelles habitudes de la clientèle. L’hebergement à l’hotel n’est plus le mode exclusif. La hausse des flux touristiques est attribuée aux non résidents (9%) mais surtout aux résidents (12%). Pour la première catégorie, cette hausse est due aux marchés britannique avec une hausse de 34%, espagnol (11%), hollandais (17%) et italien (15%). Les marchés traditionnels s’essoufflent. Le marché français connaît pour sa part, une stagnation avec une croissance de 2% du nombre de nuitées et de 7% du nombre d’arrivées, le marché allemand affichant une croissance de 8%. Pourtant, selon un sondage TourMag, 1er portail français des professionnels du tourisme, le Maroc figure dans le trio de tête des destinations de l’été 2010, tirant ainsi son épingle du jeu, vu la situation économique. C’est à croire que la situation est pire pour les autres destinations. Marrakech est toujours en tête des destinations suivie par Agadir, même si cette dernière a stagné (-1%). Mais de fortes progressions ont été enregistrées aussi à Tanger et Rabat. Ouarzazate affiche pour sa part une baisse des nuitées (-9%). Pourtant ce ne sont pas les arguments qui manquent pour développer la région: soleil, monuments, désert.

La profession avait prévu 10% de croissance pour toute l’année
Le taux d’occupation moyen des chambres s’est amélioré de 2 points, atteignant 43%. Les meilleures performances étant celles de Marrakech, Casablanca, Essaouira et Oudja-Essaïdia. Pour cette dernière, la performance est évidemment liée au démarrage de la station. Les recettes en devises générées par le tourisme ont enregistré une hausse de 10% sur ce premier semestre. Le secteur a ainsi généré 22,7 milliards de dirhams contre 20,6 milliards en 2009. En 2005, les recettes voyages s’élevaient à 16,1 milliards. Enfin, le trafic aéroportuaire international (arrivées) a augmenté de 16% au 1er semestre 2010 par rapport à la même période de l’année 2009, s’élevant ainsi à 6,1millions de passagers. Casablanca, Marrakech et Agadir restent les aéroports les plus importants en termes de trafic. Mais en termes de progression, les plus fortes hausses au premier semestre ont été enregistrées aux aéroports de Fès, Nador et Tanger. Le mois de juin se détache du reste de l’année puisqu’il connaît à lui seul une évolution exceptionnelle. Une augmentation du nombre de nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés de 17% par rapport à juin 2009. Cette évolution des nuitées est le fait à la fois des touristes non résidents (16%) que des résidents (22%). Pour la première catégorie, cette hausse des nuitées est attribuée aux marchés britannique avec une hausse de 75%, espagnol (25%), russe (51%) et italien (40%). Le marché français enregistre une stagnation avec une croissance zéro du nombre de nuitées au mois de juin. Concernant l’arrivée de touristes aux postes frontières, leur nombre a augmenté de 20% pour le mois de juin, touchant dans la même proportion les étrangers et les MRE (respectivement 20 et 21%). Les anglais sont en tête, suivis des italiens et des espagnols. Les plus mauvaises performances sont, celles de l’Allemagne et de la FranceMalgré une pression toujours plus grande sur les tarifs des forfaits de vacances, les rentrées en devises sont en hausse de 10%, à 22,71 milliards de dirhams. Les opérateurs marocains maintiennent donc leur recette unitaire, condition essentielle pour l'équilibre économique et financier des entreprises du secteur. Malgré une concurrence des grandes centrales de réservation en ligne qui «soldent« les destinations dans la Méditerranée, le Maroc arrive grosso modo à préserver son niveau de dépense unitaire par touriste qui s'établit à près de 900 dollars (8.200 dirhams). La présence de grandes enseignes internationales de luxe y est sans doute pour beaucoup, de même que les produits de niche type golf ou rendonnéeJihane KABBAJ
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc