×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    ONPT: Les axes du plan de développement 93-97

    Par L'Economiste | Edition N°:55 Le 26/11/1992 | Partager

    Un conseil d'administration de l'Office National des Postes et Télécommunications s'est tenu le 17 Novembre. Ce fut l'occasion pour cet office, héritier d'un ministère, de rappeler quelques-unes de ses réalisations, et son programme de développement 93-97. A terme pour les entreprises, le handicap communication devrait être résolu.

    La cabine téléphonique fonctionnant avec des cartes est la dernière innovation de l'ONPT, mise à la disposition d'un public habitué, pendant longtemps, à téléphoner de chez l'épicier du coin. L'extension récente du réseau téléphonique a surpris des foyers qui se croyaient condamnés à attendre des années "le numéro" ou "la ligne".
    La création de l'ONPT a marqué la volonté de secouer la léthargie de l'ancienne "PTT", d'accompagner l'entrée dans l'ère des télécommunications.
    En chiffres, et en 3 ans, les abonnés étaient 286.000 en 1988, ils sont devenus 605.000 en 1992. Autrement dit, il y a eu plus de lignes installées en 3 ans que pendant toute l'histoire des PTT, et de leurs héroïques poteaux de bois. L'ancien système de numérotation à 5 chiffres limitait la capacité de raccordement à 800.000 abonnés. Le plan de numérotage mis en place depuis 1990 porte cette capacité à 6 millions. Le développement continuera, assure l'ONPT.
    Il permettra d'atteindre 1,56 million d'abonnés au réseau téléphonique et 1,7 million d'équipements de lignes téléphoniques. L'automatisation sera quasi-intégrale. La desserte touchera toute les communes, mêmes celles créées pour le niveau de découpage administratif. Le service téléphone y précédera peut-être l'éclairage public ou l'eau courante.
    Pour les entreprises, il faut relever, dans ce programme, le lancement du courrier d'entreprise CEDEX avec l'introduction d'un code postal.
    Ces mesures entrent dans le cadre d'un programme de développement 93-97, pour lequel l'ONPT "définit, pour chacune de ses branches d'activités, une stratégie de développement basée essentiellement sur des hypothèses d'évolution de la demande, des moyens financiers, des choix technologiques". Un langage qui laisse transparaître un souci de bonne gestion des moyens de rationalisation.
    Dans ce plan, on relève notamment le développement des réseaux interurbains par la pose de câbles à fibres optiques sur les axes:
    - Nord-Sud reliant Tetouan-Agadir, via notamment Tanger, Rabat, Casablanca...
    - Est-Ouest desservant Rabat, Meknès, Fès, Nadour, Oujda,
    - Sud-Est, reliant Agadir-Fès, via Marrakech, Beni-Mellal, Meknès...
    Sur l'étranger, et pour les liaisons avec l'Europe, un 2ème câble à fibre optique via l'Espagne sera posé. Il est également prévu l'extension des "nouveaux services de télécommunications".
    Après l'ouverture du réseau "Maghripac", pour les utilisateurs de la téléinformatique (banques, entreprises...), un service de radiomessagerie, et l'annuaire électronique seront introduits. Les réseaux de transmission de données et les vidéotex seront étendus.
    Le produit en vogue, "branché" de l'ONPT, la radio téléphonie mobile compte 3.000 abonnés et 21 stations de base à ce jour. Il sera enrichi par un nouveau système "GSM", plus avantageux sur le plan de son exploitation technique et commerciale.
    Une préoccupation majeur a été la sécurisation totale du réseau national des transmissions, "sujet à nombre de perturbations accidentelles d'origines diverses". Les "artères" interurbaines ont été dédoublées, par l'installation de faisceaux hertziens numériques de câbles à fibre optique.
    Les risques de rupture sont réduits. La sécurité, mais aussi la "qualité de service" est une préoccupation. "La vitesse de relève des dérangements des lignes et le taux de signalisation, même s'ils enregistrent une amélioration constante, constituent une préoccupation majeure de l'Office", affirme l'ONPT.
    La préoccupation de "qualité de service" touche aussi la poste, activité traditionnelle, pour réduire les délais d'acheminement du courrier, des colis postaux, en milieu rural. Le "courrier accéléré" a connu d'ailleurs une forte expansion; l'activité a quintuplé au niveau national, triplé au niveau international, grâce à la liaison avec le réseau international EMS (Express Mail Service), qui dessert 61 pays à partir des 10 principales villes.
    La même modernisation a touché une autre activité traditionnelle, les Comptes Chèques Postaux, qui ont connu l'expansion de leur parc de terminaux à 154 unités.

    M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc