×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Matériaux de construction: L’informel menace notre sécurité!

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

. 30 à 60% des unités opèrent dans l’illégalité. Le secteur est déséquilibré: D’un côté, de grandes structures organisées et performantes . De l’autre, des unités semi-industrielles et artisanalesLe secteur des industries de matériaux compte environ 580 entreprises, réparties en neuf branches concentrées sur l’axe Casablanca-Rabat. Celles-ci représentent 8% des unités industrielles du pays. Leur production, très diverse, va du ciment au fer à béton en passant par le marbre, les produits de céramique, le béton prêt à l’emploi (BPE), les briques et tuiles en terre cuite, le verre, la chaux, le plâtre... Selon les derniers chiffres du ministère du Commerce et de l’Industrie (2001) et les résultats d’une enquête effectuée par la FMC (fédération des industries des matériaux de construction), c’est une activité qui pèse 11% dans le PIB industriel. Elle réalise 8% de la production industrielle globale avec 11,5 milliards de DH et 5,5 de valeur ajoutée. Son chiffre d’affaires s’élève lui à 13,3 milliards de DH. Les exportations se chiffrent à 426 millions de DH dont près de 53% réalisés par les produits céramiques. Le secteur emploie 32.000 personnes, soit 9% de l’effectif total. Ces chiffres, explique-t-on, ne reflètent pas la réalité exacte de l’activité. Un nombre important d’unités évolue dans l’informel. La Fédération parle d’un taux de 30 à 60%. Bonjour la qualité et la sécurité!En fait, le secteur est soutenu par les grosses structures comme les cimenteries, qui sont adossées à des groupes internationaux mais aussi les entreprises de béton prêt à l’emploi. Ces dernières, dont plus de la moitié sont des filiales de cimenteries (Bétomar, Lafarge Béton, Ecobéton et Betocim), recèlent un potentiel de développement important, affirme la FMC. Avec les cimentiers, elles réalisent un peu plus de la moitié de la production totale du secteur (51%). Et pourtant, les deux branches ne représentent que 7% des unités industrielles et 17% de l’effectif du secteur. Une autre caractéristique de l’industrie des matériaux de construction réside dans l’hétérogénéité des technologies utilisées. Ainsi, selon les responsables de la FMC, à côté de grands producteurs performants, coexistent de nombreuses unités semi-industrielles, voire artisanales. La première catégorie est composée des quatre groupes cimentiers (Lafarge Ciments, Cimar, Holcim et Asment) dont l’effectif par unité est supérieur à 500 personnes. Ce sont les plus structurées et les plus performantes tant sur les plans qualité et normes que des technologies utilisées. La deuxième catégorie est celle des PME/PMI. Celles-ci emploient entre 100 et 500 personnes et englobent les fabricants de céramique, carrelage, produits en béton... La troisième, et c’est la plus importante (44% des entreprises), regroupe de petites unités fragiles, peu structurées qui emploient moins de 100 personnes. Souvent, souligne Mohamed Badad, directeur délégué de la FMC, ce sont des structures artisanales qui tirent les performances du secteur vers le bas.K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc