×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Prune, marron, aubergine...: La peinture ose les tons foncés

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

. En revêtement de sol, le marbre reste une valeur sûre dans le haut standing . Pour les portes, le masonite est tendance et rapide à fabriquer. L’authenticité se paye au prix fortLe marché des matériaux de construction destinés au second oeuvre (revêtement des murs et sols, portes et fenêtres, éclairage, sanitaire…) donne le tournis. Fabricants, importateurs et revendeurs proposent un large éventail de produits de qualité et prix divers. Et comme disent les professionnels, le choix se fait en fonction de l’utilisation: On n’emploiera pas les mêmes produits pour des plateaux de bureaux ou des résidences. Il est aussi guidé par des considérations de prix et de qualité. Une attention toute particulière est accordée aux revêtements muraux, surtout pour le haut standing. Selon le gérant d’une société spécialisée en peinture de bâtiment, les peintures rustiques (patines, stucs, tadellakt) sont de plus en plus demandées et les couleurs foncées (prune, marron, aubergine, ocre et oranger) de plus en plus appréciées. Les peintures à l’effet vieilli sont également à la mode. Leur prix oscille entre 45 et 100 DH le m2. Pour le très haut standing, la tendance est au papier peint à base de fibre de verre, qui coûte autour de 220 DH le mètre carré. Au niveau du revêtement de sol, les possibilités de choix sont aussi nombreuses. L’offre est tellement variée qu’il est parfois difficile de trancher. Selon des professionnels, la tendance est au marbre dans le haut et très haut standing. Le carrelage à base de céramique est très largement utilisé. Il existe une grande variété de carreaux de différents motifs, tailles et couleurs. . Le parquet stratifié bouscule le massifLes carreaux importés côtoient les locaux, et il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses (les prix varient entre 50 et 500 DH le m2). Réputée pour être facile à entretenir, la céramique fait beaucoup d’adeptes. Le parquet est lui aussi utilisé. Certains optent pour le bois massif, matériau noble par excellence. L’authenticité se paye au prix fort (à partir de 600 DH le mètre carré) et l’entretien est contraignant. “Il faut faire des retouches chaque année, passer des couches de vernis régulièrement et utiliser des produits d’entretien spécifiques”, indique un promoteur immobilier. Dans le haut standing, on choisira le hêtre, le chêne ou l’iroko. En fait, la grande majorité des amoureux du bois se contenteront du parquet stratifié (mélange de bois et de mélanine, une matière synthétique proche du bois). Beaucoup plus simple à entretenir, le stratifié est également plus solide et plus résistant, affirment plusieurs opérateurs. Son prix est jugé raisonnable: entre 250 et 350 DH le m2, selon le degré d’épaisseur de la “couche d’usure”. Plus cette dernière est épaisse, plus le produit est résistant et le prix élevé. “Les plateaux de bureaux ou à usage commercial, qui doivent supporter un trafic (va-et-vient) important, nécessitent l’utilisation d’épaisses couches d’usure. Pour les ouvrages à usage d’habitation, on peut se contenter de fines couches d’usure”, indique un directeur de société spécialisée dans le revêtement de sol. Le gerflex est également disponible sur le marché. Il s’agit d’un revêtement de sol vinylique (à base de PVC et de plastique) facile à entretenir. Il existe sous forme de dalles de petites dimensions (de 30 à 50 cm) ou de rouleaux (2, 3 ou 4 mètres). Côté couleur, la tendance est aux tons pastels (jaune, bleu, oranger et vert). Là encore, la couche d’usure sera plus épaisse dans les locaux à usage de bureaux. Pour les portes et fenêtres, le choix est plus facile à faire. Les trois matériaux les plus usités sont le bois, l’aluminium et le PVC. Côté fenêtres, l’aluminium a le vent en poupe car offrant une bonne étanchéité et une isolation acoustique. Des promoteurs immobiliers optent même pour le double vitrage, pour une protection optimale contre le bruit. L’aluminium coûte entre 600 et 1.800 DH le m2 (vitrage compris). Dans le bas à moyen standing, c’est plutôt le PVC qui est de mise. Son prix peut atteindre jusqu’à 1.300 DH le m2 (vitrage compris). Le PVC ne s’oxyde pas en milieu marin. Toutefois, il se dégrade au contact du soleil. Il est donc à bannir dans les façades ensoleillées. Pour les portes, “le masonite” est à la mode. Il s’agit d’un coeur de bois, entouré de deux feuilles plaquées. “Son design est identique à celui du bois massif”, indique un fabricant. Il est plus léger, nettement moins cher et rapide à fabriquer. . Le rustique pour la cuisineDans les cuisines et salles de bains, il est d’usage de carreler les murs. Dans le très haut standing, c’est le marbre qui est utilisé. A défaut, les carreaux de divers prix et qualités feront l’affaire. “Les carreaux sont faciles à poser. Ils ont une longue durée de vie, se nettoient facilement sans laisser de tâche et ne nécessitent pas de produits d’entretien particuliers”, indique le représentant commercial d’une filiale d’un grand fabricant étranger. De nouvelles techniques permettent de fabriquer du carreau marbré, très ressemblant au marbre et qui a une porosité très faible. Les prix varient entre 50 et 500 DH le mètre carré, en fonction de la qualité. Actuellement, “la tendance est au rustique pour la cuisine, avec petits carreaux. Pour les salles de bains, le marbré brillant aux grandes dimensions est de plus en plus demandé”, indique le même représentant. Reste les sanitaires et l’éclairage. Les ensembles sanitaires en inox et cuivre sont les plus courants dans les moyen et haut standings. Quant à l’éclairage, il y a le choix entre spots encastrés, luminaires, abat-jour, appliques, consoles et lustres projecteurs. L’éclairage par fibres optiques est utilisé dans les halls d’hôtels de luxe et les aéroports notamment.


Et le logement économique?

Pour comprimer les coûts au maximum, les promoteurs immobiliers choisissent ce qu’il y a de moins cher pour le logement économique. Ainsi, ce sont les peintures bon marché qui sont utilisées. Leur prix ne dépasse pas 22 DH le m2. Pour plus d’économie, les promoteurs opteront majoritairement pour la couleur blanche. Même chose pour ce qui est du revêtement de sol et des murs de cuisine et salle de bains. Les carreaux de céramique produits localement (entre 40 et 50 DH le m2) sont prisés. Dernièrement, des lots très bon marché provenant d’Asie sont venus concurrencer les produits marocains, au grand désespoir des fabricants locaux. Au niveau des fenêtres, c’est le PVC, plus économique que l’aluminium, qui est utilisé. N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc