×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Légumineuses: La production baisse de 65,5%

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    LA production de légumineuses pour la campagne 1991-1992, en totalisant 1,5 million de quintaux, est en baisse de 65,5% par rapport à la campagne 1990-1991. Alors que le Maroc, lors des autres campagnes, exportait près de 40% de sa production, pour cette campagne la production des légumineuses ne couvrira probablement pas la demande locale. Les professionnels s'attendent alors à des importations de ces produits agricoles.

    En effet, "les légumineuses sont très sensibles au manque d'eau, beaucoup plus que les céréales", déclare un responsable du Ministère de l'Agriculture et de le Réforme Agraire . De plus, il n'a pas du tout plu de Décembre à Février alors que les légumineuses ont besoin d'eau en cette période.

    Les petits-pois avec une production de 103.500 quintaux ont connu la baisse la plus sensible soit -84,7%. Les fèves, lentilles, pois-chiches et orobe ont enregistré des baisses variant entre 60 et 66%.

    Ainsi, les rendements sont en baisse de 66,3%, puisqu'ils sont passés de 10,1 quintaux à l'hectare lors de la campagne 1990-1991 à 3,4 pour la campagne 1991-1992. Le rendement des pois-chiches, 3,3 quintaux à l'hectare, a connu la plus forte baisse par rapport à la dernière campagne, soit 81,5%.

    Aussi, la baisse des rendements pour les petits-pois est de 77,1% en comparaison à la campagne précédente, passant de 10,9 quintaux l'hectare à 2,5.

    Par ailleurs, les surfaces cultivées n'ont augmenté que de 1,1% passant de 445.100 hectares durant la campagne 1990-1991 à 450.200 durant la campagne actuelle. En fait, cette moyenne cache beaucoup de disparités.

    Alors que la superficie cultivée des petits-pois a connu une baisse de 28,3% des surfaces cultivées, celle des fèves et de l'orobe a enregistré des hausses respectives de 21,4% et de 2,9%.

    L.T.




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc