×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Vatican prêt à une médiation à Najaf

Par L'Economiste | Edition N°:1835 Le 18/08/2004 | Partager

. Poursuite des combats dans la ville sainte LES combats opposant les miliciens chiites radicaux de Moqtada Sadr aux GI's et aux forces de sécurité irakiennes se poursuivaient mardi dans la ville sainte de Najaf où était attendue une mission de bons offices, tandis que la violence faisait des victimes ailleurs en Irak.De nouveaux et violents accrochages ont éclaté hier mardi près du Mausolée de l'Iman Ali où les soldats américains appuyant les forces de sécurité irakiennes tentent de déloger les miliciens du leader radical Moqtada Sadr qui tiennent la vieille ville, selon un journaliste de l'AFP. Face à la situation sur le terrain, le chef de la police de Najaf a menacé de prendre d'assaut le Mausolée d'Ali si les miliciens de l'armée du Mehdi refusent de déposer les armes et de quitter les lieux. «Même s'il y a des négociations, les miliciens doivent être désarmés et quitter le mausolée», a déclaré à l'AFP Ghaleb al-Jazaïri.De son côté, le général américain Erv Lessel, chef adjoint des opérations de la Force multinationale (FMN), a accusé la milice de Moqtada Sadr d'»utiliser le cimetière, les lieux saints et les écoles comme base pour ses opérations».Dans une tentative de mission de bons offices pour régler la crise, une délégation de la Conférence nationale irakienne devait se rendre à Najaf hier après-midi auprès de Moqtada Sadr pour lui demander de déposer les armes, de retirer sa milice du Mausolée de l'imam Ali et de transformer celle-ci en parti politique.Moqtada Sadr a quant à lui lancé une invitation au pape Jean Paul II pour résoudre le conflit entamé depuis le 5 août entre les deux camps après que le Vatican eut proposé la veille sa médiation afin d'éviter un affrontement sanglant dans la ville sainte chiite.«Nous saluons la proposition du pape et nous l'invitons à résoudre la crise», a déclaré un porte-parole de Moqtada Sadr, Ahmed al-Chaibani.Le président irakien Ghazi al-Yaouar, en visite en Turquie, a pour sa part prévenu que le gouvernement ne pouvait tolérer la poursuite de cette rébellion.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc