×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le foncier, premier frein aux investissements

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. Spéculation, mauvaise gestion des ZI, rigidité des lois, la CFCIM fait le point. L’aménagement des lots dans des ZI bien organisées constitue un début de solution«Avoir une terre c’est être riche». L’ancien adage est encore de mise, rendant le taux de valorisation des terrains très faible et la spéculation très élevée. C’est d’ailleurs ce thème «le foncier et l’entreprise» qu’a abordé, dans le cadre des forums des adhérents, la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM), jeudi 8 juillet à Casablanca. Pour animer le débat, les responsables de la CFCIM ont invité Abderrahmane Chaoui Roqai, directeur des Domaines au sein du ministère des Finances et de la Privatisation. Pour Chaoui Roqai, «la promotion du foncier doit d’abord passer par l’aménagement des terrains». Pour étayer ses propos, le directeur des Domaines cite l’exemple de la zone franche de Tanger (TFZ), pour laquelle les lots aménagés coûtent actuellement 100 DH le m2 environ, alors qu’auparavant, le prix des terrains bruts avoisinait 5 DH le m2. De plus, poursuit Chaoui Roqai, les terrains et surtout ceux relevant du domaine privé de l’Etat doivent être vendus au juste prix et non à des bas prix. «C’est le seul moyen de combattre la spéculation», ajoute Chaoui Roqai. «Alors que dans la pratique, les investisseurs sont livrés à eux-mêmes», déplore un participant. Selon lui, entre les opérateurs victimes des spéculateurs qui pullulent et les investissements qui sombrent dans la mauvaise gestion des zones industrielles telles que celle de Sidi Bernoussi, les problèmes liés au foncier constituent le premier frein au développement de l’investissement. Autre grief: Le manque de communication. Les opérateurs désireux d’investir «ne savent pas ou donner de la tête, lorsqu’ils n’ont pas encore localisé le terrain adéquat», avancent plusieurs professionnels. A qui s’adresser? En qui peut-on avoir confiance? Quand pourra-t-on démarrer? Telles sont les principales questions des industriels. En effet, selon une étude réalisée par le ministère du Commerce et d’Industrie (MCI), près de 70% des projets d’investissement sont bloqués en raison du foncier. Ainsi, les investisseurs nationaux et étrangers éprouvent des difficultés à identifier les terrains, ils subissent des démarches longues et complexes pour l’acquisition (même après la déconcentration de la gestion des Domaines privés de l’Etat) et enfin les infrastructures hors sites sont souvent inexistantes.


«Foncier locatif»

Lancé depuis 2002, le parc industriel de Bouskoura atteindra 85% de taux de remplissage fin 2004. Les lots de ce parc (entre 500 et 5.000 m2) sont proposés à la location selon un tarif variant entre 5 et 6 DH le m2 par mois. Le concept du «foncier locatif» permet de réduire le coût de l’investissement d’environ 30% car le terrain ne constitue plus dans ce modèle de gestion une charge lourde pour les investisseurs. De plus, la charge du loyer est déductible de la base de calcul de l’IS. Les industriels locataires profitent des réductions concernant la taxe d’édilité et la patente. Le concept de «foncier locatif» permet de faire face aux tentatives des inlassables spéculateurs immobiliers. Ces derniers veulent toujours accaparer des terrains destinés à l’industrie, pour les revendre plus cher par la suite. Le foncier locatif a donc une fonction dissuasive qui réglera l’un des problèmes majeurs que connaissent les ZI au Maroc, à savoir la spéculation. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc