×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le CHU de Rabat-Salé réactive son projet d'établissement

Par L'Economiste | Edition N°:668 Le 27/12/1999 | Partager



· Si le projet est adopté, l'Etat devra débloquer 620 millions de DH sur cinq ans
· Des affectations budgétaires proportionnelles à la productivité


Les Ministères de la Santé, des Finances et de la Privatisation recevront sous peu une copie du premier projet d'établissement et le contrat-programme relatif au soutien financier à composante sociale du CHU de Rabat-Salé. Si le projet d'établissement était retenu, l'Etat devrait débloquer sur cinq ans près de 620 millions de DH.
Cette mesure a toujours figuré parmi les revendications des milieux hospitaliers. "Comme il existe des projets d'entreprise, le CHU aura son projet d'établissement, avec un échéancier de cinq ans pour les ressources humaines et l'équipement", déclare avec une satisfaction à peine voilée le directeur du CHU, le Pr Omar Cherkaoui. "En France, pour ne citer que cet exemple de gestion planifiée des hôpitaux, un projet d'établissement est impératif pour toute affectation budgétaire", argumentera-t-il.
La démarche exprime les besoins en ressources humaines et matérielles des centres de responsabilité (blocs opératoires, urgences, cuisine...) et les actions à entreprendre en matière de soins, de formation et de recherche. Les choix doivent être réalistes, donc correspondre aux besoins urgents et importants de la population et faisables. Ils doivent également être conformes au cadre de référence du Ministère de la Santé, qui a aujourd'hui pour lignes directrices, notamment, l'assurance-maladie obligatoire, le régime d'assistance médicale aux économiquement faibles et le projet de réforme hospitalière.
Sans compter le développement des prestations dans le monde rural et zones sous-médicalisées.Quant au contrat-programme, il lie les obligations de l'Etat aux prestations qui seront exécutées par l'établissement. Une moyenne des interventions chirurgicales, de la durée des séjours, des examens en laboratoire, des accouchements, actuellement effectués permettra de disposer d'indicateurs hospitaliers. Elle permettra d'établir un barème de productivité référentiel pour une affectation budgétaire proportionnelle.
Depuis deux ans, les subventions d'investissement ont été révisées et s'élèvent à 20 millions de DH. La subvention de fonctionnement, quant à elle, baisse malgré une augmentation des prestations. Elle est de 137 millions de DH et ne couvre pas tous les besoins du CHU. L'autre source de fonds pourrait être constituée par le recouvrement des arriérés de la CNOPS qui représentent près de 70 millions de DH.
Autre mesure importante, la normalisation comptable de l'ensemble des établissements entrée en vigueur en 1997.


Les principaux indicateurs du CHU


Dix établissements composent le Centre Hospitalier et Universitaire de Rabat-Salé. L'unité comporte dix centres de réanimation et soins intensifs et plus de 3.200 lits. Le CHU emploie six-mille personnes.
Les services cliniques médico-techniques et administratifs, au nombre de cent-quarante, admettent soixante-dix mille cas.
Au niveau des deux maternités, les indicateurs laissent ressortir dix-huit mille accouchements. Pour leur part, les blocs opératoires, au nombre de cinquante, ont permis de réaliser 36.700 interventions. Treize laboratoires procèdent à quelque 312.500 examens et autant pour les quarante services d'imagerie médicale.

Nadia EL ASRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc