×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc aura son bateau de recherche pélagique en mars 2001

Par L'Economiste | Edition N°:668 Le 27/12/1999 | Partager



· Ce bâtiment qui coûtera 110 millions de DH sera construit au Japon


Le Maroc et le Japon ont signé mercredi 22 décembre à Rabat un échange de notes relatif à la construction d'un navire de recherche pélagique. Le montant non remboursable accordé par le Japon au Maroc dans ce cadre est estimé à 1,114 milliard de Yens, soit 110 millions de DH. Le bateau sera opérationnel en mars 2001. C'est M. Thami El Khyari qui a procédé à la signature de ce programme de coopération avec M. Hiromi Sato, ambassadeur du Japon à Rabat. Cette unité sera en fait construite dans des chantiers navals japonais et livrée au Maroc avant le 31 mars 2001. Elle sera dotée d'une autonomie d'une durée de 24 jours avec une capacité d'accueil à bord de 21 personnes, dont 7 chercheurs et 14 marins. Ce navire, de type chalutier de pêche arrière en acier, sera long de 37 mètres, large de 7,8 mètres et creux sur quille de 3,5 mètres. Il pourra supporter environ 300 tonneaux de jauge brute, aura une puissance de 1.000 CV et une vitesse de croisière de 10 noeuds. Il sera doté d'équipements modernes de navigation, de radio-communication, de prospection (écho-sondeur, sonars...) et d'engins pour la pêche expérimentale. A bord du navire, seront aménagés des laboratoires de recherche équipés d'appareils sophistiqués. Le projet sera complété par un volet formation destiné à perfectionner les connaissances de l'équipe de chercheurs qui assumera la tâche de gestion et d'exploitation de ce navire.
L'acquisition de cette unité permettra de renforcer les capacités de recherche et d'intervention directe en mer pour l'évaluation des stocks de poissons et le suivi de l'état d'évolution des potentialités halieutiques de la zone économique exclusive marocaine. En matière de recherche pélagique, le ministre a mis en valeur les difficultés rencontrées par le Maroc pour préserver ses ressources naturelles halieutiques.
L'ambassadeur du Japon s'est dit persuadé que ce projet permettra d'évaluer et d'exploiter rationnellement les ressources maritimes du Royaume.

Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc