×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Lait, fromages, viandes...: Le marché suffisamment approvisionné

Par L'Economiste | Edition N°:661 Le 16/12/1999 | Partager

· Pas de perturbation pour les produits animaux durant ce mois

· La production laitière pour 1999 est estimée à plus d'un milliard de litres


Ramadan est là depuis quelques jours et cette année encore les experts de la Direction de l'Elevage prévoient un approvisionnement normal du marché en lait et dérivés. «Le développement de la production laitière enregistré au cours des dernières années a permis de satisfaire la demande du marché en lait et dérivés durant ce mois qui coïncide depuis deux années avec la période de basse lactation», expliquent les experts de la Direction. Cette situation, poursuivent-ils, s'explique par les résultats enregistrés dans le système de conduite du troupeau laitier visant une meilleure répartition des vêlages au cours de l'année. S'y ajoutent les investissements réalisés par les laiteries dans la fabrication du lait de longue durée de conservation. «De tels investissements ont permis de résorber les excédents laitiers de haute lactation et de constituer des stocks (lait UHT et stérilisé) pour faire face à la demande en période de basse lactation et plus particulièrement durant le mois sacré de Ramadan».
Estimée sur la base des ventes réalisées durant Ramadan des années précédentes, la demande globale en lait pour ce mois varierait entre 44 et 46 millions de litres, soit une moyenne de 45 millions.

«L'évolution projetée des réceptions des laiteries pour les prochains mois et des stocks en lait de longue durée de conservation, notamment le lait UHT estimé à 7 millions de litres, permet d'évaluer l'offre à 53 millions de litres», précisent les responsables de la Direction de l'Elevage. Ainsi, vu les niveaux de l'offre et de la demande, le marché sera bien approvisionné.
A rappeler que la production laitière pour l'année 1999 est estimée à plus d'un milliard de litres (1.130 millions), enregistrant ainsi une hausse de 6% par rapport à celle de 1998.
A l'origine de cette performance, l'augmentation de 6% des effectifs des femelles reproductrices et l'importation de plus de 22.000 génisses au cours de la campagne agricole 1998/99.
Durant le premier semestre 1998, les quantités de lait réceptionnées au niveau de l'ensemble des laiteries ont atteint 330 millions de litres, soit une évolution de l'ordre de 12% en glissement annuel. Pour 1998, les réceptions prévisionnelles se situeraient à 560 millions de litres, soit 60% de la production nationale.

Bovins en hausse, ovins en baisse


Par ailleurs, concernant les viandes rouges, la demande évaluée sur la base des abattages réalisés durant le premier semestre 1999 dans les abattoirs de Rabat et Casablanca (représentant 25% des abattages contrôlés à l'échelle nationale), serait en hausse de 10% par rapport à 1998 pour les bovins. En revanche, elle accuserait une baisse de 6% pour les ovins. Ainsi, la demande pour 1999 se situerait à 132.000 tonnes pour la viande bovine et à 108.000 tonnes pour la viande ovine.
S'agissant du mois de Ramadan, «la demande en viandes rouges est estimée à partir des données statistiques relatives aux abattages réalisés dans les principaux abattoirs du pays durant la période 1993-1998», précisent les responsables de la Direction de l'Elevage.
Ainsi, la répartition mensuelle des tonnages effectués dans ces abattoirs montre que les abattages représentent durant ce mois 10 et 7% du tonnage total respectivement pour les viandes bovine et ovine.
Aussi la demande en viandes bovine et ovine serait-elle de 12.200 tonnes et de 7.800 tonnes respectivement.
L'offre, quant à elle, se situerait à 14.000 tonnes pour la viande bovine et à 8.600 tonnes pour la viande ovine.

«Le niveau important de l'offre en viandes bovine et ovine s'explique par l'absence de festivités durant l'été en raison du deuil national observé pendant cette période. A cela s'ajoute la diminution de la demande enregistrée habituellement à la rentrée scolaire», indiquent les experts de la Direction de l'Elevage. Ainsi, ajoutent-ils, la disponibilité en viandes confrontée à la demande laisse présager un approvisionnement normal du marché durant Ramadan.
La comparaison des prix durant les huit premiers mois avec ceux de l'année 1998, montre une légère baisse pour la viande bovine (51,75 DH/kg carcasse contre 53,54 DH/kg) et une légère hausse pour la viande ovine (52,75 DH/kg carcasse contre 51,52 DH/kg).
Pour ce qui concerne les prix durant le mois de Ramadan précédent, est-il indiqué, ils étaient de 52-54 DH/kg carcasse et de 52,60-52,10 DH/kg carcasse pour les bovins et les ovins respectivement; soit des prix similaires à ceux observés la veille du mois de Ramadan. «Cette stabilité des prix résulterait des efforts de sensibilisation et du soutien apporté aux associations des producteurs de viandes en prévision du mois de Ramadan».
Cependant, est-il précisé auprès de la Direction de l'Elevage, cette situation risquerait de connaître des fluctuations en fonction de la qualité du début de la campagne agricole. o

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc