×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La Fédération du cuir se structure

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    La restructuration de la FEDIC (Fédération Marocaine des Industries du Cuir) est en cours. Le programme visant à redynamiser son action et promouvoir le prochain SITEC 93 (Salon International du Cuir) est adopté.

    Le CMPE a mis à la disposition de la Fédération Marocaine des Industries du Cuir (FEDIC) l'un de ses membres pour la mise en place de sa nouvelle structure et d'un programme visant à redynamiser son action. La Fédération coiffe quatre associations: l'Association Marocaine des Fabricants de la Chaussure, l'Association Marocaine des Confectionneurs des Vêtements en Cuir, l'Association Marocaine des Fabricants de Maroquinerie et l'Association Marocaine des Tanneurs.
    La restructuration de la Fédération englobe notamment l'équipement, l'informatisation ainsi que le recrutement du personnel et sa formation.

    Banque de données

    Le cadre du CMPE, qui exerce à plein temps dans les nouveaux locaux de la Fédération, a également pour mission de créer une banque de données sur le secteur du cuir. Il s'agit principalement de regrouper au sein de la Fédération toutes les informations concernant les importateurs, les centrales d'achat, les distributeurs, les donneurs d'ordres et les fabricants européens. Les relations établies lors du SITEC 92, environ 6.000, sont actuellement en cours de développement.

    Parallèlement à la banque de données, la nouvelle action de la Fédération englobe la création d'un bulletin d'information sur le secteur du cuir ainsi que d'un annuaire du cuir. Sont également prévues au programme l'organisation et la promotion du SITEC 93 qui aura lieu les 11,12 et 13 Février 1993 à Casablanca et celle des salons spécialisés du cuir en collaboration avec le CMPE. Selon les membres organisateurs du SITEC, les professionnels marocains doivent continuer à maintenir le dialogue avec leurs homologues étrangers, fréquenter et assurer leur présence dans les Salons spécialisés. C'est ainsi que s'est déroulé en Allemagne, il y a juste une semaine, le Salon International de la chaussure, "GDS", auquel était présent pour la première fois le Maroc. Un expert allemand est venu au Maroc pour assister les fabricants marocains dans le choix définitif des articles à exposer. Trois sociétés ont participé à ce Salon.

    S'agissant particulièrement du SITEC 93, une vaste opération de promotion sera engagée par le Comité Organisateur afin de cibler un certain nombre de marchés. Il s'agit notamment des pays de la CEE.

    Cibler les marchés extérieurs

    Ces missions ont pour but d'établir des contacts et de toucher le maximum de visiteurs professionnels pour le Salon. Celui-ci se tiendra dans un laps de temps très important. Les exposants marocains doivent donc être prêts à répondre en terme de qualité, de prix, de coûts de facteurs. Ils doivent également disposer d'arguments solides à même de réduire la durée des négociations. Pour ce Salon, précisent les organisateurs, l'accent sera mis surtout sur le niveau des centrales d'achat pour les inviter à visiter le Salon. Toujours dans le cadre de la préparation du Salon, un certain nombre de journalistes étrangers ont programmé des dossiers spéciaux sur le secteur du cuir au Maroc. Ils seront invités au mois d'Octobre pour mettre au point ces dossiers avec les professionnels. Il s'agit notamment des revues françaises "Chausser", "Fourrure et Cuir", la revue espagnole "la Piel" et la revue allemande "Schuhmarki" Journal Officiel de la Fédération des Syndicats de Détaillants en Chaussures.

    Pour le SITEC 93, le doublement de l'offre exportable marocaine et l'augmentation du nombre de visiteurs professionnels étrangers sont les principaux objectifs assignés.

    Premier rang pour les chaussures

    Actuellement, les industries du cuir au Maroc, qui regroupent environ 300 unités, emploient près de 15.600 personnes et réalisent 2,2% de la production industrielle. Le secteur est constitué par la tannerie-mégisserie (tannage des peaux de bovins, d'ovins et de caprins), la fabrication des articles chaussants et produits connexes (chaussures diverses, tiges, semelles, contre-forts, talons) et de la transformation des cuirs et peaux qui regroupe les activités de maroquinerie, de confection de vêtements en cuir, de bagagerie, de ganterie,...
    Les investissements du secteur ont connu un accroissement régulier entre la période 83/90 et ce, pour une moyenne de 94 millions de DH par an. La valeur des productions a été multipliée par plus de trois entre 1981 et 1990. La fabrication des articles chaussants et produits connexes occupe le premier rang, suivie de la tannerie-mégisserie avec respectivement 40% et 32% de la valeur globale. Profitant des atouts que représente le secteur du cuir au Maroc (abondance de la main d'oeuvre, équipement moderne...), certaines grandes marques européennes sous-traitent leur production au Maroc. Il s'agit notamment de Adidas, Kikers, Baby Botte, Puma... Les exportations concernent essentiellement les articles chaussants (56% des exportations totales) et sont concentrées sur la France qui constitue le premier client et l'Espagne. Pour les vêtements en cuir et la maroquinerie, les principaux débouchés sont l'Espagne, la France, les Etats-Unis, l'Allemagne et l'Italie.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc