×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Ingénieurs agronomes: Le gâchis

    Comité d'information Comité commun des ingénieurs agronomes au chômage IAV-ENA

    Par L'Economiste | Edition N°:755 Le 26/04/2000 | Partager

    . Une mondialisation qui avance, une sécheresse qui perdure et des ingénieurs agronomes qui chôment. L'hécatombe est annoncée


    Il est un temps où le monde est induit, de quelques manières qu'il soit, dans un courant de mondialisation générale de l'économie, des échanges, des technologies, voire de la culture elle-même. Le temps court, la mondialisation, la concurrence et la compétition avancent et notre agriculture piétine.
    2010, et avec elle le libre-échange arrivent et, de l'avis de tout le monde, ne résisteront que les secteurs les plus compétitifs. Le Maroc, pays à vocation agricole, risque de perdre gros si une mise à niveau n'est pas envisagée et exécutée dans les meilleurs délais pour notre agriculture. Une telle action, bien sûr, c'est par le chemin de la modernisation des techniques utilisées dans ce secteur et du rehaussement du niveau d'encadrement des agriculteurs qu'on peut espérer y arriver.
    Marginaliser l'ingénieur agronome dans ces conditions et dans ces cas de figures relèverait de l'inconscient incohérent et irresponsable. Or, la réalité est malheureusement telle que des ingénieurs agronomes, sans emploi malgré une formation pointue au Maroc et à l'étranger, se trouvent acculés au sit-in comme dernier recours face au mutisme de l'Administration sollicitée il y a plus de 2 mois. L'avènement du chômage des lauréats des grandes écoles d'agronomie du Royaume (IAV-ENA) n'est pas une nouvelle donne. En effet, le problème a commencé à se poser depuis 4 ans, ne trouvant sa résolution que suite à des actions de protestations des ingénieurs agronomes. Résolution temporaire, puisqu'elle n'a jamais été inscrite dans le long terme et chaque année les nouveaux lauréats affrontent le même problème.
    "L'emploi est un devoir qu'assume l'Etat envers tout un chacun. Il est l'un des droits constitutionnels pour tous les Marocains des deux sexes". Voilà deux éminentes phrases prononcées par feu Sa Majesté Hassan II dans le discours qu'il a adressé à la nation le 8 juillet 1999. Et Sa Majesté Mohammed VI que Dieu le glorifie dans le discours du Trône, le 30 juillet 1999, a abordé cette question cruciale de l'emploi: "Pour vaincre le chômage, éradiquer ses retombées, maintenir grandes ouvertes les portes de l'emploi devant notre jeunesse montante".
    Une mondialisation qui avance, une sécheresse qui perdure et des ingénieurs agronomes qui chôment. L'hécatombe est annoncée!! à moins que le gouvernement ne se rattrape en assurant l'emploi aux ingénieurs agronomes qui seront plus productifs sur le terrain que dans le bâtiment de l'UMT où ils observent un sit-in illimité jusqu'à la résolution de leurs problèmes dans les meilleurs délais, et pourquoi pas au cours de la Loi de Finances transitoire porteuse de 17.453 postes.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc