×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Chasse: La saison ouverte le 2 octobre

    Par L'Economiste | Edition N°:145 Le 15/09/1994 | Partager

    A la faveur des pluies de l'année dernière, la saison de la chasse s'annonce prometteuse. Le braconnage reste cependant un problème majeur qui préoccupe aussi bien les chasseurs que l'Administration concernée.

    Ils prendront à nouveau la route au coeur de la nuit. Le lever du soleil les retrouvera à quelques kilomètres de leurs lieux préférés. Puis les journées du dimanche débuteront, longues et fatigantes, pour un butin tantôt copieux. tantôt maigre: les chasseurs partiront de nouveau à l'assaut du gibier et ce à partir du 2 octobre prochain, date de l'ouverture officielle de la saison de la chasse. L'année dernière. 22.507 d'entre eux ont subi le contrôle des gardes-chasse. Bilan des prélèvements recensés: 69.235 perdreaux. 4.344 lièvres et 1.880 lapins. Mais sur les 25.000 chasseurs du pays . ils sont seulement 15.000 à avoir crapahuté fidèlement avec patience et endurances sur de longues distances, durant 10 journées.

    Côté chiffres toujours,92.000 tourterelles et 12.000 cailles ont été chassées, 2.682 sangliers abattus. Sur les trois espèces, l'écart en positif réalisé par rapport aux statistiques de l'année passée est appréciable.

    A son tour, le braconnage s'est développé: les gardes forestiers ont dressé cette année 314 procès-verbaux contre 296 la saison d'avant. Les zones les plus exposées au phénomène sont Tanger. Taounate, El Kelaâ des Sgharnas et Béni-Mellal. Les braconniers n'hésitent devant rien: ils chassent en réserve, avec des moyens et engins prohibés, sans licence en temps de fermeture ou carrément de nuit. Sur les 314 braconniers pris en flagrant délit, 236 ont été présenté devant le tribunal, le reste ayant préféré transiger avec l'Administration. D'évidence, la lutte contre le braconnage demeure inscrite au titre des priorités des pouvoirs publics.

    Comme c'est la tradition, c'est un arrêté du ministre de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole qui fixe la date d'ouverture et de clôture ainsi que les modalités d'exercice de la chasse. Auprès de la Division de la Chasse, de la Pêche et de la Protection de la Nature, il est indiqué que "cette année, la saison de la chasse se présente sous de bons auspices en raison de In pluviométrie favorable qu'a connue le pays". Les bonnes conditions climatiques sont à même de restaurer les "écosystèmes forestiers ', durement affectés par deux années consécutives de sécheresse.

    La battue au sanglier

    Dans ses détails, l'arrêté du ministre de l'Agriculture évoque plusieurs points. Figure notamment l'organisation de la chasse en battue au sanglier. Gros gibier, le sanglier se défend assez bien. Animal très prolifique, il provoque des dégâts aux récoltes lors de son passage. Pour corser le tout, Monsieur Sanglier n'est pas prisé par les braconniers Explication: sa viande est destinée "aux non-musulmans", est-il souligné auprès de la Division de la Chasse, de la Pêche et de la Protection de la Nature. La battue au sanglier s'effectue après autorisation du gouverneur. Les chasseurs payent une redevance fixée à raison de 100 DH chacun (le minimum par groupe est de 1.200 DH). Pour les étrangers, cette redevance est de l'ordre de 500 DH (3.000 DH comme minimum groupe). La battue se déroule avec le quota d'un sanglier pour deux chasseurs. S'il y a un animal de plus abattu, l'agent forestier perçoit, séance tenante, une taxe de 500 DH. En cas de récidive, la taxe grimpe à 1.000 DH. Pas de doute: pour chasser, il faut en avoir les moyens! Beaucoup pour pouvoir financer tout l'équipement nécessaire et les frais afférents.

    Comme un soldat

    La pièce centrale dans l'armement du chasseur est le fusil, de préférence de 4 ou 5 coups. Les marques italiennes "Beretta" et "Benelli" emportent l'engouement des chasseurs. Les prix du neuf varient entre 14.000 et 25.000 DH. Les tarifs d'une arme de seconde main sont légèrement différents. Les calibres les plus usités sont le 12 et le 20, rarement le 16. Les cartouches ont bien entendu les mêmes calibres. Outre le fusil, le chasseur emporte un couteau de chasse, un sac à dos, une gibecière. Il porte une veste de type militaire, des chaussures spéciales, l'une cartouchière et un gilet de chasse.

    L'équipement du chasseur ressemble à celui d'un véritable soldat. La chasse est en quelque sorte une partie de face-à-face avec le gibier où le sens de la tactique et de la stratégie compte aussi bien que le doigté et le savoir faire du chasseur. Adversaire redoutable, le perdreau rouge de souche marocaine est difficile à atteindre un arrive à se camoufler et à acquérir toutes les habitudes du coin", est-il souligné au niveau de la Division de la Chasse. Les chiens et les rabatteurs; doivent repérer les compagnies de perdreaux puis les provoquer pour leur donner "leur chance de survie ". Les chasseurs tirent alors une salve de cartouches. Si la compagnie réussit à sauver sa peau, elle disparaît immédiatement dans la nature. Aidés de leurs rabatteurs, les chasseurs partent à son assaut.

    L'amodiation du droit de la chasse

    Il existe actuellement 216 amodiations, couvrant une superficie d'un peu plus de 1,7 million d'ha. Sur cet ensemble de lots, 182 sont réservés à la chasse associative, pour une superficie de 865.685 ha. Le reste est consacré à la chasse touristique.

    L'Etat transfère ses droits de chasse aux particuliers, regroupés dans des associations appelées amodiations. Ces dernières remplissent à cet effet un cahier des charges. Les amodiations établissent un plan de gestion du lot de chasse dont la superf1cie tourne en moyenne autour de 5.000 ha. Il est généralement partagé en zones :1/3 est mis en réserve, 2/3 destinés à la chasse. Les membres de l'amodiation apportent aussi des aménagements au lot qui leur est loué: contrôle des couverts et des nids de perdreau, réintroduction des espèces en voie de diminution, création de points d'eau...

    Aux habitants du coin, souvent des paysans, les chasseurs apportent quelques aides matérielles. Le 6 novembre, fête nationale, c'est une grande kermesse qui est organisée dans chaque amodiation.

    En agissant de la sorte, les amodiations donnent à la chasse sa véritable dimension. Le chasseur est présenté sous un visage humaniste. Loin de l'image de "viandard". il se veut être le premier défenseur de la faune. Tout en chassant, il veille à la reconstitution du gibier. Les aménagements sont suivis par les experts de la Direction des Eaux et Forêts. Lorsque les contrats de bail arrivent à leur terme, des commissions désignées statuent sur leur sort. En fonction de l'état des aménagements réalisés, les contrats sont soit reconduits, mis en demeure ou résiliés. Par ailleurs, dans l'objectif de développer la gestion des territoires amodiés, l'Administration de tutelle favorise la création de groupements d'associations de chasseurs d'une même région. Tanger, Khémisset et Khénifra constituent les premières villes où des groupements ont été créés.

    Refonte de la loi sur la chasse

    Un projet de loi sur la chasse et la conservation du gibier a été transmis au Secrétariat Général du gouvernement. Ce projet a pour objectif de rénover le cadre réglementaire de la chasse. Le nouveau texte traite de plusieurs volets: encouragement du secteur privé au développement de la chasse et à l'exploitation durable des ressources cynégétiques, organisation des chasseurs en associations provinciales, réglementation de la profession d'organisateur de chasse touristique...

    Abdelkhlalek ZYNE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc