×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Association Tunisie-UE: Bilan mitigé

Par L'Economiste | Edition N°:2391 Le 31/10/2006 | Partager

. Succès économique, mais retard politiqueLES relations entre la Tunisie et l’Union européenne (UE) ont eu une évolution «très favorable» dans le secteur économique, mais accusent un retard dans le domaine de la gouvernance, a déclaré vendredi dernier le représentant à Tunis de la Commission européenne, Marc Pierrini. «Les rapports économiques et les échanges commerciaux ont évolué d’une manière très favorables à la Tunisie», a souligné l’ambassadeur Pierrini, dressant un bilan de la coopération lors d’une conférence de presse à l’occasion de la fin de sa mission. Le volume des échanges a doublé durant les 10 années couvertes par l’Accord d’association entre la Tunisie et l’UE pour se situer à 14,7 milliards d’euros contre 7,5 milliards à la signature de l’Accord en 1995, a-t-il indiqué. La Tunisie a été le premier pays du pourtour méditerranéen à signer en 1995 un Accord d’association avec l’UE, suivi en 2005 par l’adoption d’un Plan d’action (PAV) dans le cadre de la Politique de voisinage de l’Europe élargie. Elle «est sur la bonne voie pour l’exportation de produits de plus en plus sophistiqués», a-t-il souligné. La coopération a couvert tous les secteurs liés à la modernisation de l’économie, a-t-il ajouté, mentionnant notamment l’industrie, les finances, l’éducation, les assurances, l’agriculture et l’ajustement structurel. La coopération financière «marche bien», a-t-il déclaré, avec 946 millions d’euros engrangés en Tunisie de 1995 à 2006, soit en moyenne 90 millions d’euros par an de subventions, en plus de crédits alloués par la Banque européenne d’investissement dont Tunis «est l’un des tout premiers bénéficiaires». «La palette est très vaste et le bilan est bon», a-t-il résumé à quatorze mois de la phase finale du démantèlement tarifaire prévu en janvier 2008 par l’Accord d’association dans le cadre de l’établisssement d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne. Pierrini a néanmoins fait état de «turbulences» dans les rapports Tunisie-UE concernant la mise en oeuvre du «Plan d’action voisinage» agréé en 2005 et prévoyant un dialogue politique entre la Tunisie et l’UE sur des questions liées à la gouvernance, à la démocratie et aux droits de l’homme. «Nous sommes arrivés sur un terrain plus difficile, celui où la souveraineté nationale est en jeu», a-t-il déclaré. Il a évoqué des programmes en retard concernant une réforme de la justice (22 millions d’euros) et des financements bloqués au profit d’organisations non gouvernementales comme la Ligue tunisienne des droits de l’homme (1 million d’euros environ). Qualifiant la réforme de la justice de «fondamentale» pour le climat des affaires, voire de «test pour l’avenir», Pierini a jugé «nécessaire» la mise en place d’un sous-comité des droits de l’homme dont le fonctionnement sera «un symbole de décrispation». Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc