×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Aménagement du territoire
Tétouan ne veut pas être oubliée

Par L'Economiste | Edition N°:2216 Le 17/02/2006 | Partager

. Le diagnostic de la péninsule dégage cinq handicaps majeurs. Faire jouer la solidarité, surtout pour les infrastructuresPARMI les conclusions du Schéma national d’aménagement du territoire, il y a lieu de souligner le rôle que doivent jouer les villes dans le développement économique. La compétitivité économique globale du pays dépendra du dynamisme des économies régionales. Tout l’enjeu est de faire émerger de nouveaux pôles de croissance de manière à atténuer la polarisation actuelle sur l’axe Casablanca-Kénitra. L’introduction de la notion d’aire métropolitaine et de «bipoles» vise à promouvoir un partage efficace des infrastructures entre les grands centres d’une même région. L’objectif étant d’optimiser l’allocation des ressources. Par exemple, la construction d’une université à Tétouan tiendrait compte de l’offre existante à Tanger. Dans son programme, l’Education nationale éviterait aussi d’implanter des lycées ayant les mêmes branches dans les deux villes. Idem aussi en ce qui concerne l’activité économique. Tétouan pourrait se spécialiser dans le duty-free tandis que Tanger se positionnerait sur la vente en gros. Cette complémentarité déboucherait sur la constitution d’une aire métropolitaine dans le but de développer la performance globale du territoire (construction collective d’un projet commun, développement de l’intégration entre l’ensemble des territoires…). Le diagnostic de la péninsule Tanger-Tétouan a mis en évidence cinq handicaps majeurs qui constituent des enjeux décisifs pour la consolidation et l’optimisation des effets d’investissements consacrés à la région. «Il s’agit de la segmentation des espaces et des insuffisantes synergies entre les pôles de développement régionaux (déficit de coopération et d’échange entre Tanger et Tétouan), la faible polarisation de l’hinterland régional, liée au déficit de fonctions métropolitaines en matière de commandement. La région reste trop tributaire du commandement exercé par le pôle Casablanca-Rabat», déclare Mohamed Temsamani, inspecteur régional du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement. Le déficit de maîtrise de la croissance urbaine (dégradation de l’habitat, de la sécurité, de la circulation…), la fragilité des milieux comme ceux des littoraux, reliefs et massifs forestiers et la faiblesse des fonctions d’échanges internationaux malgré une localisation stratégique, constituent également les handicaps mentionnés dans le diagnostic.. ComplémentaritéC’est sur la base de ce diagnostic et avec l’arrivée du port Tanger-Méditerrannée que va se formaliser la vision stratégique du développement de Tanger-Tétouan. Les infrastructures et équipements de Tanger-Med agiront dans le sens d’une structuration profonde du territoire régional. A l’horizon 2007, deux autoroutes, une voie ferrée sillonneront l’espace du Détroit et viendront s’ajouter à l’autre voie structurante qui a complètement désenclavé le littoral du Détroit. De fait, elles ancreront la région à l’ensemble du territoire national. «Dans cette construction métropolitaine, la liaison entre les deux pôles de la péninsule, Tanger et Tétouan, constituent une pièce maîtresse dans l’objectif de développement métropolitain. Cet axe représente une articulation à enjeux par son rôle de levier des relations entre les deux villes. Son doublement et traitement en voie express est une revendication largement partagée par tous les acteurs locaux», annonce Mohamed Temsamani. Dans ce dispositif, la liaison entre Larache et son arrière-pays agricole d’une part, et l’autoroute Tanger-Casablanca d’autre part, doit constituer à terme un volet majeur dans l’intégration régionale et la connexion aux flux d’échanges nationaux et internationaux.Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc