×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Akhannouch au Club de L’Economiste
    Le secteur de la pêche de nouveau bancable

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4767 Le 06/05/2016 | Partager
    L’investissement repart: 6 unités de transformation des petits pélagiques
    1,2 milliard de dirhams, 4.000 nouveaux emplois
    Des relations plus apaisées entre les opérateurs et la tutelle
    peches_067.jpg

    Le secteur de la pêche retrouve la pêche et revient dans les radars des banques. Après plusieurs années de passage à vide,  ponctuées de grèves des pêcheurs et de manifestations, la situation s’est beaucoup apaisée. «La relation avec les opérateurs du secteur s’est beaucoup améliorée, je dirai même qu’elle est devenue excellente. Parce que nous partageons les mêmes intérêts. Il est tout à fait normal qu’il y ait des tensions et des appréhensions en début de process avec la mise en œuvre de la stratégie Halieutis qui se décline à travers un ensemble de mesures destinées à rationaliser la ressource», déclare Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime.
    Au début de la mise en œuvre de la stratégie dédiée au secteur de la pêche, il y avait eu beaucoup de tensions au sujet notamment des plans  d’aménagement, l’utilisation des caisses normalisées pour valoriser le produit, l’usage des équipements technologiques à bord des bateaux… Autant de réactions liées à l’incertitude et qui interviennent toujours lorsqu’il est question d’introduire un changement radical dans la manière de travailler. Mais au fur et à mesure de la mise en œuvre du plan Halieutis, les esprits se sont calmés. Dans le cas de l’utilisation des caissons normalisés, les pêcheurs se plaignaient du fait que cela réduisait les volumes placés dans la soute de leur bateau. Avec le temps, ils se sont rendu compte que cela permettait de sauvegarder les prises et d’avoir, certes une quantité de poisson réduite, mais mieux valorisée. Ce qui permet d’en tirer un meilleur profit. «Quand les pêcheurs ont constaté que leurs revenus ont augmenté entre 45 et 50% et qu’ils sortent en mer pendant une durée moins longue, ils ont été convaincus du bien-fondé de la nouvelle démarche», précise le ministre.
    La généralisation du dispositif des contenants en plastique est une mesure structurante pour le secteur et a nécessité la mobilisation d’un budget de 400 millions de DH pour la fabrication de 5 millions de caisses et l’installation de 24 tunnels pour leur lavage.
    L’utilisation des VMS pour le contrôle via satellite des navires de pêche avait lui aussi suscité des résistances de la part de la profession. Là encore, le ministère  a opté pour la carte de la souplesse. Dans une première phase, il a équipé les navires à titre de test, sans appliquer de pénalités. De plus, le ministère a pris en charge la facture de télécommunication pendant deux ans. Aujourd’hui, le principe de la balise VMS est définitivement intégré et les pêcheurs sont même acquis à cette mesure «car la ressource est revenue, mieux protégée. Par conséquent, il n’y a plus d’incertitude. Et le secteur a de bonnes perspectives devant lui», affirme Akhannouch. Ce qui donne de la visibilité aux opérateurs et ouvre grand les portes à l’investissement.

    Bilan d’étape

    akhenouch_peche_067.jpg

    Selon les données communiquées par le ministère de tutelle, le plan Halieutis aura permis de réaliser les objectifs fixés. Ainsi, le volet de la gestion durable des espèces a été atteint à 91% à fin 2015. La production halieutique s’est élevée pour la même année à 1,37 million de tonnes toutes espèces confondues, contre 1 million en 2007. Le challenge est de porter le niveau des débarquements à 1,66 million à l’horizon 2020. Ce qui correspond déjà à un taux de réalisation de 82% de l’objectif fixé par la stratégie. Sur le volet des exportations, le plan vise à atteindre 3,1 milliards de DH à l’export en 2020. A fin 2015, l’objectif est réalisé à 65% puisque les expéditions à l’export ont atteint 18,6 milliards de DH. En termes d’emplois, la stratégie vise à augmenter de 60% le nombre de postes de travail à terre, soit 105.000 contre 61.650. A fin 2015, l’objectif a été concrétisé à 79%.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc