×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Une autoroute pour connecter Tétouan

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4763 Le 02/05/2016 | Partager
    Un projet longtemps attendu par les habitants de la région
    Il serait parmi les premiers à être lancé en partenariat avec le privé
    tanger_tetouan_autoroute_063.jpg

    La connexion routière entre Tanger et Tétouan va connaître de profonds changements avec l’entrée en service d’une autoroute. Les travaux sont déjà entamés à la sortie de Tanger pour rajeunir la route actuelle avec l’enlèvement du fameux pont de l’ONCF, au niveau de l’accès à la zone industrielle de Tanger (Ph. Adam)

    Connecter par une voie autoroutière les deux villes de Tanger et Tétouan est un rêve que les habitants de la région caressent depuis longtemps et qui semble un peu plus proche. Le ministère de l’Equipement vient de lancer un appel d’offres pour une étude d’évaluation préalable de la réalisation de cette future connexion, dans le cadre du plan Routes 2035 lancé récemment par le département d’Aziz Rabbah. Il s’agira, selon les éléments préliminaires, d’une connexion d’environ 30 kilomètres qui devra se greffer sur les réseaux autoroutiers déjà existants du côté de Tanger et de Tétouan. Le coût de la réalisation n’a pas encore été précisé, mais il devrait être proche de trois milliards de dirhams en fonction du tracé choisi et du couloir sélectionné lors de l’étude. En effet, le tracé sélectionné sera déterminant d’un côté pour éviter les affaissements mais aussi pour limiter le coût, la zone Nord souffre de très forts dénivellements dus à la nature escarpée du territoire, ce qui complique les choix. Mais en plus, les terrains cachent des zones dites compressibles qui nécessitent des traitements très particuliers et qui ralentissent considérablement les travaux comme c’était le cas dans la réalisation du tronçon Larache-Tanger. Une telle connexion est aujourd’hui plus que jamais nécessaire pour accompagner le développement de toute la région. Les synergies entre les deux villes est grande et une connexion rapide entre les deux devrait permettre de booster encore plus leur croissance.
    L’objectif du ministère est aussi d’évaluer la possibilité d’ouvrir ce domaine au privé, une autre des recommandations du Plan routier 2035 dans le cadre de ce qui est communément appelé PPP (Partenariat public-privé). Ce dernier prévoit de s’ouvrir sur d’autres formes de concession en analysant les avantages et les inconvénients de chaque mode opératoire ainsi que les impacts en termes financiers et organisationnels sur le réseau.
    Connecter Tanger à Tétouan n’est pas le seul projet proposé. Dans le cadre de cette future vision, d’autres bretelles de connexion sont prévues. C’est le cas avec la connexion de Tanger-Tétouan à Fès-Meknès via une bretelle de 120 kilomètres, Marrakech à Kelaat Sraghna sur 65 kilomètres, ainsi que Nador et le futur port de Nador West Med à l’autoroute Fès-Oujda sur 120 kilomètres.
    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc