×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cycle de la mixité de Wafasalaf: Le final avec Neila Tazi

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4745 Le 06/04/2016 | Partager
    En guest de la dernière rencontre du mois de mars
    Une série de conférences avec des témoignages de femmes d’exception
    neila_tazi_045.jpg

    Businesswoman, vice-présidente de la CGEM et de la Chambre des conseillers, fondatrice du festival Gnaoua et Musiques du monde,… Neila Tazi a partagé son parcours exceptionnel lors de la 4e et dernière rencontre du cycle de la mixité de Wafasalaf (Ph. Jarfi)

    Belle clôture pour le cycle de la mixité de Wafasalaf. La filiale du groupe Attijariwafa bank a achevé la semaine dernière sa série de conférences du mois de mars dédiées à la femme avec une invitée de marque, Neila Tazi. Chef d’entreprise, vice-présidente de la CGEM, fondatrice du festival Gnaoua et Musiques du monde, vice-présidente de la deuxième Chambre et première femme à présider une séance à la Chambre des conseillers… Neila Tazi a partagé son parcours aussi riche qu’exceptionnel avec un auditoire conquis. En toute simplicité et spontanéité elle s’est confiée sur sa vie professionnelle et privée, et a livré sa recette du succès. Cela se résume en un seul mot, la passion. Celle d’entreprendre à chaque fois de nouveaux projets et de relever sans cesse des défis. Pour elle, la réussite ne se mesure pas en notoriété ou en chiffre d’affaires. Ce qui compte à ses yeux, c’est de pouvoir inspirer les autres. «Le succès ne se réalise pas au détriment des autres mais se partage», insiste-t-elle.

    La persévérance et le dépassement de soi, c’est sa devise. Cela fait plus de 18 ans qu’elle s’investit corps et âme pour le festival de Gnaoua qui a révolutionné le paysage d’Essaouira, sans aucun soutien des autorités de la ville. Néanmoins, son engagement a fini par payer. Elle vient de décrocher un premier partenariat avec le conseil de la ville pour trois ans. Une victoire qu’elle savoure depuis à peine quelques jours.  
    Neila Tazi, c’est la success story atypique et inspirante d’une pro de la com, amoureuse d’art et de culture, propulsée aux hautes instances de la CGEM avant d’atterrir en politique. Dans sa vie, elle n’a jamais rien calculé, mais elle a su saisir les opportunités qui se présentaient. Toujours sans perdre de vue son objectif: réaliser de belles choses, apporter sa pierre à l’édifice.
    Nawal El Moutawakkil (vice-présidente du Comité international olympique), Leila Chérif (présidente de l’Heure Joyeuse), Ghita Lahlou (directrice de l’Ecole centrale de Casablanca) et Hamid Benbrahim (GIMAS) ont participé au Cycle de la mixité de cette année, entièrement préparé par les équipes de Wafasalaf. «C’est notre manière en tant qu’entreprise citoyenne de contribuer au débat et d’essayer de faire bouger les lignes», relève Laila Mamou, présidente du directoire. Quelque 500 personnes y ont pris part, autant de femmes que d’hommes. Les principales recommandations seront bientôt partagées avec l’ensemble des participants.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc