×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Santé: Les priorités de Louardi

Par L'Economiste | Edition N°:3968 Le 14/02/2013 | Partager
Une véritable refonte des urgences
Un nouveau numéro gratuit «141»
Plus d’investissement dans le domaine psychiatrique

Source: Ministère de la Santé

En plus d’un manque d’infrastructure médicale, le secteur de la santé affiche une carence chronique en médecins. Théoriquement, au Maroc un médecin prend à sa charge 12.000 habitants

Le secteur de la santé est un corps malade. Une réalité que le ministre de la Santé El Haussaine Louardi n’a pas occultée lors de sa dernière sortie dans une rencontre organisée par la Chambre de commerce britannique. Pourtant, le ministère ne peut pas tout faire, notamment en matière de suivi des investissements. Ainsi, Louardi appelle à un repositionnement de son département.  Cette réflexion est venue suite à de véritables dysfonctionnements. «La construction de plusieurs hôpitaux en partenariat avec la Banque mondiale accuse beaucoup de retard», révèle Louardi.  Le ministre a décliné sa stratégie sous forme de sept priorités majeures. Avant tout, les urgences ont besoin d’un véritable "traitement de choc". «Nos services d’urgence sont dans un état pitoyable. Il faut prendre des mesures radicales pour améliorer cette situation», explique Louardi. Dans ce sens, la tutelle a pu mettre sur pied 30 unités d’urgence de proximité pour un objectif global de 80. Pour davantage de proximité, 6 services mobiles d'urgence et de réanimation (SMUR) sont opérationnels depuis 2012, 9 autres sont programmés pour cette année. La fierté de Louardi est l’acquisition d’un hélicoptère SMUR en 2012 qui opère dans la région de Marrakech. Dans quelques semaines, un numéro national d’appel unique gratuit sera mis en service. En cas d’urgence, il faudra composer le «141».

La santé mentale et psychiatrique préoccupe également la tutelle. «Je ne tolérerai plus que nos patients soient mal traités», souligne le ministre. En effet, les hôpitaux psychiatriques sont de loin les moins bien lotis. Pour pallier ce manque, trois hôpitaux régionaux de 120 lits à Kénitra, Agadir et El Kelaâ vont bientôt voir le jour. S’y ajoutent 3 services intégrés de psychiatrie de 30 lits à El Jadida, Khouribga et Khénifra. L’enveloppe dédiée à l’acquisition de psychotropes de 3e génération est passée de 30 à 52 millions de DH en 2012. La tutelle compte créer 5 centres d’addictologie à Oujda, Tétouan, Agadir, Kénitra et Tanger. 

Réussir le Ramed fait aussi partie des challenges du département de la Santé. Pour l’instant, le bilan chiffré est positif. A fin 2012, 1,07 million de cartes Ramed ont été distribuées sur un total de 1,7 million de dossiers déposés.

Le Royaume compte l’équivalent de 2,9 millions de bénéficiaires (77% en situation de pauvreté). Pour répondre aux besoins de cette population, les budgets ont été sensiblement augmentés. Ainsi, le financement des médicaments s’élèvera cette année à 2,2 milliards de DH, en hausse de 37,5% par rapport à 2012. Par ailleurs, les CHU ont bénéficié d’une dotation supplémentaire de 150 millions de DH en 2012 pour faire face aux besoins en dispositifs médicaux onéreux.  En juillet prochain, la tutelle va organiser un colloque national sur la santé. L’objectif est d’étudier et de débattre de la Charte nationale de la santé.

 

 

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc